A la une Faits divers

Accident tragique – Un camion effréné tue trois personnes

Trois morts et dix blessés ont été constatés dans un accident causé par un camion lâché par ses freins, hier, à Fianarantsoa. D’importants dégâts.

Morts sur le coup, deux individus ont, tragiquement, été pulvérisés par une semi-remorque depuis la hauteur de la déclivité de Talatamaty Mangabe, à Fianarantsoa, hier vers 17h 45. Le bilan s’est alourdi, dans la soirée, avec un autre décès déploré par les médecins. Les policiers débordés par les secours, la sécurisation des périmètres, les constatations, l’évaluation des dégâts et l’organisation de la circulation, n’ont pu être entendus que tard dans la soirée.

La brigade de police de la route (BPR) de la gendarmerie a indiqué qu’il s’agissait d’un poids lourd venant du Sud qui a lâché ses freins. Il transportait environ quarante tonnes de ciment. Il a percuté en tout quinze véhicules dont trois bus, devant et contre lui, d’après les précisions d’une correspondante. Un scooter a, également, été charrié en
dessous de la remorque. Ainsi, des piétons et des commerçants installés au bord de la route ont été fauchés. amorti par les chocs, le camion ne s’est arrêté qu’après plusieurs mètres, comme l’a décrit brièvement un policier au commissariat central de Fianarantsoa joint au téléphone.

Introuvable

Les dégâts matériels étaient importants. Une voiture légère complètement amochée s’est vu encastrée près du mur d’une maison.

« Un groupe d’hommes était en train d’extraire un passager par la porte arrière d’un bus qui était sur le flanc, tandis qu’un autre portait une femme apparemment paralysée vers un endroit où il pourrait la ranimer d’urgence », peut-on visionner dans une séquence prise par un témoin oculaire.

Une foule s’est amassée sur les lieux de l’accident et y est restée pendant quelques heures en attendant la fin de l’évacuation des victimes. De leur côté, les forces de l’ordre ont vraiment eu à faire à la sécurisation pour éviter surtout un autre accident. Le passage a carré­ment été bloqué.

Des éléments de la BPR se sont rendus à l’hôpital pour essayer d’identifier les victimes. Dix blessés ont donc été recensés, dont deux jugés graves. Un de ces derniers souffre de traumatisme crânien.

Le routier, quant à lui, aurait pris ses jambes à son cou par peur d’être pris à partie par les automobilistes et les gens du quartier. Il était introuvable après cette tragédie.

Le centre de sécurité routière (CSR) n’a pas encore donné ses versions des faits pour avoir plus de détails sur l’état technique de ce mastodonte ayant provoqué le désastre.