A la une Politique

Élection : Les candidats se font désirer aux communales

Plus qu’une semaine et la période de dépôt des dossiers de candidature aux communales, sera close. Quatorze aspirants maires se sont, pour l’instant, présentés aux OVEC.

Déserts. Le personnel des Organes de vérification et d’enregistrement des candidatures dans presque toutes les communes se tournent les pouces. Les prétendants au poste de maire et de conseiller communal ou municipal, ne se pressent pas pour déposer leurs dossiers de candidature.

Le bilan recueilli auprès de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), hier, en début de soirée fait état de quatorze dossiers de candidature au poste de maire ont été déposées. Ces candidatures concernent quatorze communes sur les mille six-cent quatre-vingt quinze que compte le pays. Sur les quatorze candidatures enregistrées, treize portent la couleur indépendante.

Le nombre de dossiers de candidature enregistré à l’OVEC d’Antananarivo reste bloqué à un. Pour la course au conseil municipal ou communal, ce sera un scrutin de liste. Jusqu’à hier, les dossiers de candidature de deux listes de candidats conseillers, ont été enregistrés sur tout le territoire. La période de dépôt de candidature sera, pourtant, close ce 12 septembre.

Stratégie

Au regard de la loi relative aux ressources des Collectivités territoriales décentralisées (CTD), qui prévoit, également, les modalités pour les élections communales, il n’y a pas de rallonge possible. Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI, explique que l’absence de candidature dans une commune peut amener « à une vacance du poste ».

Il explique que « dans ce cas, une élection partielle peut être organisée dans les cent-vingt jours qui suivent la constatation de la vacance », comme voulu par la loi relative aux CTD. La faible affluence auprès des OVEC, actuellement, n’étonne pas, cependant, le vice-président de la CENI. « C’est le cas à chaque élection. Les candidats attendent le dernier moment pour déposer leur candidature », ajoute le commissaireélectoral.

« Il y a des personnes dont les dossiers sont déjà complets, mais qui veulent attendre la dernière minute pour ne pas se révéler trop tôt », indique-t-il. Outre ceux qui ont tardé à préparer leur dossier de candidature, certains avancent des raisons stratégiques à cet atermoiement.

Du côté des écuries politiques, notamment, certaines coalitions, ne seraient pas encore fixées sur la tactique à appliquer dans cette course aux mairies.

La règle du jeu est qu’un parti politique ne peut pas présenter de candidat dans une circonscription où la coalition dont-il fait partie est déjà en lice. Certains cogiteraient encore, sur le choix des communes où ils feront front commun, et sur celles où ils avanceront en ordre dispersé. D’autres entités politiques ne sont pas encore parvenues à boucler la liste de leurs candidats.

L’état actuel des candidatures déposées amène, néanmoins, à deux constats. Le premier est qu’il est probable, que les candidatures indépendantes soient plus nombreuses que celles présentées par les partis politiques. La séparation de l’élection du maire et des conseillers, pourrait amener, du reste, à ce que des candidats maires n’aient pas de liste portant leurs couleurs dans la course au conseil municipal ou communal.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter