Accueil » Economie » Apango, une bière artisanale lancée en France, fabriquée par un malgache
Economie

Apango, une bière artisanale lancée en France, fabriquée par un malgache

Depuis quelques jours, les réseaux sociaux malgaches ont fait une trouvaille, celle de cette bière nommée Apango. Les internautes en parlent et se disent fiers d’une création faite par un des leurs. Interview exclusive de Ratia Rabemananoro créateur de Apango, la bière artisanale malgache.

Express de Madagascar : Racontez-nous votre aventure Ratia Rabemananoro.

Ratia Rabemananoro : A la base mon idée était de fabriquer une « petite bière artisanale ». On a en France, une explosion du phénomène, chaque ville, chaque quartier a sa bière caractéristique. La bière artisanale commence à grignoter de plus en plus de part de marché dans l’industrie de la bière industrielle. Je pense que le consommateur a envie de découvrir de nouvelles saveurs, déguster des produits issus d’un terroir local.

Express de Madagascar : Pourquoi une bière à base de riz ?

Ratia Rabemananoro : Le riz est un adjuvant classique dans l’industrie brassicole aux USA et surtout en Asie, et bizarrement on ne le retrouve pas dans la bière malgache. Le malgache est l’un des plus gros consommateurs de riz. Il était évident pour moi de créer un produit qui l’intègre pleinement, non pas comme un adjuvant classique mais comme un ingrédient essentiel. J’ai choisi un « vary mena » issu d’une variété savoureuse, douce et colorée.

Express de Madagascar : Vous avez nommé cette bière Apango, pourquoi ?

Ratia R : Pourquoi Apango? Le ranon-apango est la boisson traditionnelle et populaire à Madagascar. Je ne connais pas les statistiques mais je pense que les malgaches boivent plus de ranon-apango que d’eau. L’eau étant difficilement potable dans les zones rurales, les malgaches sont contraints de la faire bouillir avant de la consommer.  Et tant qu’à faire, autant la faire bouillir dans la casserole dans laquelle ils ont fait cuire le riz. La bière Apango est finalement la fusion entre la boisson populaire malgache et la boisson la plus populaire au monde.

J’ai voulu créer une bière qui me représente, qui représente une culture, une histoire, un peuple. Elle s’inspire de mes racines. J’ai envie que le malgache amateur de bière puisse s’identifier réellement à ce produit.

Express de Madagascar : Qu’est-ce qui différencie Apango d’une autre bière ?

Ratia R : En terme de goût, mon premier brassin test est un succès gustativement. Le riz malgache apporte vraiment une saveur particulière en plus, des notes de fruits exotiques, une douceur subtile, qu’on peut difficilement obtenir avec une bière tout orge.

Je me suis associé avec un brasseur à Bordeaux pour réaliser une production à une échelle artisanale pour garantir la qualité du produit.

Express de Madagascar : Vous êtes un architecte, quelle idée de créer une bière ?

Ratia R : Je suis diplômé en architecture, mais j’exerce le métier de directeur de création dans mon propre studio

Cela fait quelques temps que je m’intéresse à la fabrication de bière. J’ai travaillé avec quelques brasseurs français pour réaliser leurs étiquettes et leurs identités graphiques. Je brasse également moi même de façon amateur dans ma cuisine pour tester des recettes. Et j’ai rencontré Rémi de la brasserie Winterholer qui a accepté de produire ma recette de bière à base de riz malgache.

Express de Madagascar : Quelles sont vos cibles ?

Ratia R : Mon marché se concentrera essentiellement en France et en Europe dans un premier temps. Nous privilégions les circuits café, restaurants, hotels, mais nous allons également mettre en place des ventes en lignes.

Mais la cible principale de cette bière reste la diaspora en France. C’est un produit à visée communautaire. Elle est une alternative premium à la bière THB en France. Selon les chiffres de l’Insee, le nombre de brasseries artisanales en France a connu une augmentation très importante entre 2009 et 2017 où il est passé de 200 à 1000 brasseries. La France est aujourd’hui le troisième pays européen en nombre de brasseries et 70% des bières consommées en France y sont produites. C’est un marché en pleine évolution au détriment de celui des bières industrielles. Cela peut s’expliquer par l’envie d’explorer de nouvelles saveurs, la curiosité de goûter des bières atypiques et consommer des produits fabriqués localement. La bière Apango s’inscrit dans la catégorie bière locale aux saveurs du monde.

Express de Madagascar : Lancer un produit aujourd’hui, dans ce contexte de covid, n’est-ce pas un pari risqué ?

Ratia R : Lancer un produit comme ça en temps de covid est exactement une façon de dépasser ses peurs, profiter de la vie en partageant des moments uniques en sécurité à la maison. L’explosion des apéro-skype pendant le confinement a démontré que même dans un contexte morose on trouve des solutions pour garder le sourire.

J’estime que le lancement de notre marque représente un risque minime car nous n’investissons pas dans du matériel (nous travaillons avec une brasserie déjà en place), nous choisissons le système de précommande en ligne, nous développons très en amont la création d’une communauté engagée avant la production.

 Express de Madagascar : Que pensez-vous de la bière à Madagascar ?

Ratia Rabemananoro : Ce qui manque à Madagascar en matière de bière, c’est la diversité, mais surtout il manque un produit fédérateur avec des matières premières identitaires de la culture malgache.

Express de Madagascar : Envisagez-vous un jour commercialiser Apango à Madagascar ?

Ratia R : Le coût de production en France et le pouvoir d’achat à Madagascar ne sont pas vraiment compatibles.

Mais j’espère faire évoluer mon modèle économique pour l’implantation de micros-brasseries à Madagascar dans un horizon de 2 ou 3 ans.

Merci Ratia Rabemananoro et bon vent à Apango.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • JE FELICITE CE JEUNE MALGACHE VISIBLEMENT INSTALLE EN FRANCE.

    JE COMPRENDS QU’IL AI UN DEPART D’ENTREPRISE EN FRANCE,MAIS JE NE COMPRENDRAIS PAS QUE SA PRODUCTION SI ELLE PREND DE L’ESSORT NE SOIT PAS FAITE A MADAGASCAR.

    DU RESTE JE NE COMPRENDS AUCUN DES ETUDIANTS QUI VIENNENT SE FORMER EN EUROPE,AUX ETATS UNIS,AU CANADA ET QUI NE VEULENT PAS REVENIR DANS LEUR PAYS RESPECTIF POUR AIDER AVEC LEUR EXPERIENCE A DEVELOPPER LEUR ECONOMIE……..

    • Ecrire un post en majuscule est de l’impolitesse manifeste . Maintenant concernant cette bière on est très épidermique avec cette statégie  » communautariste » de sa promotion essentiellement pour la diaspora . Dieu que ça nous fait rappeler le fameux CVO et les délires qui l’entourent ! On a bien voyagé comme à Munich par exemple et on a va très bien évaluer à sa juste valeur cette apango !

Voir aussi