Accueil » Social » Ouverture des routes nationales – Reprise timide du transport dans les zones régionale et nationale
Social

Ouverture des routes nationales – Reprise timide du transport dans les zones régionale et nationale

Les  véhicules  attendent  patiemment  les  voyageurs avant  de  partir.

La première journée de l’ouverture des routes nationales a eu moins d’affluence que prévu dans les gares routières. À la Gare routière Maki d’Andohatapenaka, les places dans les véhicules tardent à se compléter pour certaines coopératives. Hier, vers 10 heures du matin, vingt-six véhicules ont été répertoriés pour rejoindre les routes nationales, tandis que onze véhicules partaient pour les zones régionales comme Tsiroanomandidy ou encore Faratsiho. « Il y a moins d’affluence que prévu dans la gare routière, puisqu’il y avait moins de véhicules au départ que par rapport à la période normale. Dix véhicules sont partis », explique un responsable du contrôle départ.

Pour ce responsable, la réticence à se déplacer en ces temps de crise pourrait être l’une des raisons de cette situation. « Je suppose que la plupart des voyageurs ont peur que les routes nationales se ferment et qu’ils ne puissent pas revenir dans la capitale », enchaîne-t-il. Pour certains chauffeurs interrogés, les voyageurs vont prendre le temps pour rentrer chez eux. « La situation est compréhensible. D’un côté, de nombreuses familles connaissent des difficultés financières pour voyager. D’autres planifient encore le voyage et préfèrent attendre », explique Tantely, un chauffeur d’une coopérative desservant la RN4. Les axes desservant la RN4 et la RN2 ont été les plus choisis par les voyageurs. Près de sept cent voyageurs sont partis de la gare routière Maki d’Andohatapenaka vers 11h du matin, hier, selon le responsable de caisses de cette gare.

Contrôle au départ

Les gestes barrières ont été respectés à la lettre. Une opération de désinfection s’effectue auprès des gares routières notamment pour les voyageurs de chaque coopérative. « Nous nous assurons que chaque véhicule qui parte de cette gare suit les gestes barrières requis. Il s’agit de l’emplacement de chaque voyageur, quatre pour les véhicules Sprinter, et trois pour les minibus », explique le responsable du con trôle départ. Chaque voyageur doit compléter une fiche dès son départ. Toutes les informations seront ensuite informatisées.

« Le voyageur doit passer par la caisse pour le paiement des frais de transport. Les informations le concernant seront recueillies auprès de chaque coopérative. Les données obtenues permettront d’établir la traçabilité de chaque voyageur, en rapport avec la situation sanitaire », enchaîne-t-il. La pluplart des voyageurs vont rejoindre leurs familles après des mois de séparation. « Je vais rentrer chez-moi maintenant que les routes nationales sont ouvertes. J’ai travaillé dans la capitale puis il y avait le confinement et j’ai été bloqué dans la capitale », indique Norohasina, qui va rentrer à Antsirabe.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter