Accueil » Faits divers » Manakara – Un transporteur clandestin écroué
Faits divers

Manakara – Un transporteur clandestin écroué

La  Hyundai  Starex  dont  le  chauffeur  a  nargué les  gendarmes.

Un auteur de transport clandestin accusé de délit de fuite, d’outrage à agents des forces publiques, de tentative de corruption et de trafic d’influence croupit en prison, à Manakara, depuis jeudi. Il était au volant d’une Hyundai Starex interceptée par les gendarmes au barrage d’Analavory Manakara, lundi soir.

Il transportait huit passagers en direction d’Antananarivo. Or, aucun d’eux n’a eu d’autorisation. Les gendarmes ont immobilisé le véhicule jusqu’à ce qu’ils finissent la procédure de mise en fourrière.

« Le chauffeur a démarré en trombe pendant que les gendarmes étaient occupés à contrôler une autre voiture. Il a abandonné ses voyageurs qui ont heureusement retenu ses papiers», raconte la gendarmerie.

Mobilisés rapidement, les hommes de la brigade d’Antsenavolo ont retrouvé et arrêté le fuyard. Il comptait aller à Mananjary. Il a donc été ramené à Manakara où le groupement d’appui à la police judiciaire (GAPJ) de Vatovavy-Fitovinany l’a soumis à un interrogatoire.

Au cours de leur audition, les voyageurs ont expliqué qu’ils ont tous payé des frais. Un venant de Vohipeno a versé 50 000 ariary, six 120 000 ariary et le dernier 150 000 ariary, alors qu’ils partaient de Manakara.

Le conducteur a prévenu les gendarmes, alléguant une connaissance et une relation avec une personne haut placée au sein de la gendarmerie. « Il dit que le secrétaire d’État chargé de la gendarmerie (SEG) est son oncle. Il a essayé de nous faire peur », selon les explications reçues.

Il a été traduit au parquet pour les infractions qu’il a commises. Il les méditera en prison.

« Faut-il encore rappeler que les gendarmes chargés de contrôle au barrage sont entièrement responsables de leurs actions. Ils ne doivent jamais avoir peur de tous ces genres d’usurpateurs et de corrupteurs», communique le secrétariat d’État chargé de la gendarmerie.

« Les voyageurs sont priés de prendre les taxis-brousse des coopératives de transport pour ne pas gaspiller l’argent ou retourner à pied au point de départ », ajoute-t-il.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter