Accueil » Editorial » Faux lièvre
Editorial

Faux lièvre

Ahurissant. Le procès de Lionel Lelièvre, Pdg de l’agence de sécurité Cops, accusé d’avoir assassiné, avec trois de ses employés Danil Radjan dans le parking de La City l’année dernière, a été fort en révélation. Les débats lors de l’audience ont permis aux juges d’apprécier les faits reprochés aux quatre prévenus. Ils ont mis à nu à travers les déclarations des accusés, des méthodes répréhensibles de la police lors de l’enquête. Des accusations très graves mais pas nouvelles.

À en croire les révélations des prévenus dont la cour a pris compte pour décider leur acquittement au bénéfice du doute, ils ont été simplement tabassés et torturés pour passer à des faux aveux. Ils ont déjà croupi à Tsiafahy pendant dix mois et ont eu de la chance d’être jugés aussi rapidement alors que d’autres mourraient en détention provisoire, de connaître tout de suite le verdict là où d’autres auraient attendu au moins un mois, d’être remis en liberté là où d’autres innocents auraient été condamnés à des années de prison à perpétuité.

Il faut dire que le dossier d’inculpation était tellement bidon qu’il était difficile pour les juges d’y accorder crédit. En outre, les vidéos qu’on a fait circuler sur les réseaux sociaux avec des aveux extorqués sous les coups et la menace disculpaient plus les prévenus au lieu de les accabler. Comment croire à des aveux d’un homme au visage molesté par les coups et tuméfié?. La vidéo était en plus très mal montée pour être crédible.

L’enquête s’est donc complètement trompée de cible. Le mobile du crime était difficile à trouver étant donné que le principal accusé n’est pas dans le besoin pour jouer les tueurs à gage. On le voit mal également hypothéquer l’image de son entreprise dans cette histoire sordide.

Mais qui a donc braqué les projecteurs sur eux au point de laisser tranquille les vrais auteurs de ce crime horrible ? Maintenant il va falloir refaire toute l’enquête pour retrouver les vrais assassins. La cour a montré qu’on s’est trompé de lièvre et qu’il est inutile de s’acharner sur des innocents qui ont été acquittés grâce aux maladresses des accusations. C’est la justice qui sort en tout cas grandie dans cette histoire. Personne n’avait misé sur un kopeck sur la remise en liberté des accusés. Pour des charges beaucoup moins lourdes, voire inexistantes, certains prévenus ont souscrit un bail en prison. C’est juste incroyable.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter