Magazine Santé

Prise en charge des patients – Les hôpitaux à Antananarivo sont saturés

Les hôpitaux sont quasiment pleins alors que le traitement à domicile n’est pas encore officialisé.

L’hospitalisation des porteurs du virus de Covid-19 à Antananarivo va, bientôt, poser problème. Les hôpitaux sont pleins. « Nous sommes saturés. Nous avons quarante quatre malades, actuellement. Nous sommes dans l’obligation de déplacer des patients », rapporte une source auprès du Centre hospitalier universitaire (CHU) à Andohatapenaka. Quatre patients de cet hôpital vont continuer leur traitement dans un établissement non hospitalier, à une vingtaine de kilomètres du centre ville. Ils seront conduits au Complexe culturel et sportif de la Caisse nationale de la prévoyance sociale (Cnaps) à Vontovorona où sont pris en charge les cas positifs mais asymptomatiques. La place est aussi limitée dans ce centre. «Quatre, c’est le nombre de places qu’on nous a accordées. », rajoute un médecin au CHU Andohatapenaka. Il n’y aurait qu’une cinquantaine de lits à Vontovorona.

Au CHU Joseph Raseta Befelatànana, il ne reste que quelques lits inoccupés. « Une dizaine», selon une source. Ce chiffre pourrait évoluer, selon l’évolution de la situation, notamment, l’entrée de nouveaux malades et la sortie de ceux qui ont recouvert la santé. Le CHU Anosiala enregistre, également, une hausse importante de cas. « Nous avons environ soixante dix patients, dont des cas positifs et des cas suspects. Les contacts des cas positifs n’attendent plus qu’on vienne chez eux pour les récupérer. Ils viennent à l’hôpital de leur plein gré. En deux jours, en tout cas, nous avons reçu dix-sept personnes en contact avec des malades », lance une source dans cet hôpital.

Les grands hôpitaux de la capitale accueillent tous les patients détectés dans la région d’Analamanga. Même des patients d’autres régions, comme ceux de Moramanga, district d’Alaotra Mangoro, ont été transférés à Antananarivo. Le ministère de la Santé publique identifie, actuellement, d’autres centres ou établissements où pourront être pris en charge les porteurs du virus de Covid-19 à Antananarivo. « Lorsqu’il n’y a plus de places libres, nous verrons qui iront où. Il y aura d’autres stratégies», indique une source auprès du ministère de la Santé publique. Le traitement à domicile n’est pas encore officiel, même si quelques cas suivent les traitements chez eux. A Toamasina, où les hôpitaux sont également remplis face à la hausse des cas, trois centres non hospitaliers accueillent des cas asymptomatiques. Les hôpitaux se concentrent sur le traitement des cas graves.

Madagascar enregistre, actuellement, sept cent cas actifs. Le nombre de personnes guéries augmente très lentement, tandis que plusieurs dizaines de nouvelles contaminations sont recensées par jour.