Meurtre d'une étudiante - Une prétendue stérilité de la défunte comme mobile


L’époux de Hanitriniaina Annick Perle, une étudiante en Master II à l’université d’Antananarivo, assassinée mercredi sur une route d’intérêt communal non loin du parc Analamanga à Ampangabe Behenjy, est passé aux aveux. Placé en garde à vue après avoir été soupçonné d’être l’auteur du meurtre, l’homme d’affaire, âgé d’une vingtaine d’années, s’est confié aux enquêteurs du poste avancé de la gendarmerie de Behenjy. Le suspect a reconnu avoir commis l’homicide selon les informations recueillies. Croyant que son épouse pourrait être stérile du fait que le couple n’a pas encore eu un enfant au bout d’un an de mariage et de vie commune, le chef de famille aurait avoué avoir commis le meurtre. Des proches de la défunte le soupçonnent de surcroît d’avoir tenté de l’empoisonner à deux reprises, sans pour autant y parvenir. Des amorces de procédures de divorce ont par ailleurs échoué. L’enterre­ment de l’étudiante en histoire s’est déroulé à Ambatobe samedi. Sa mère s’est en revanche constituée partie civile pour poursuivre le mari. Celui-ci était supposé emmener sa femme en promenade dans sa localité d’origine à Iharanandriana lorsque le crime a été perpétré. Le suspect est prévu être traduit devant le parquet du tribunal d’Amba­tolampy ce jour. Andry Manase
Plus récente Plus ancienne