Economie

Technologie : L’e-learning pour former les justiciables et les magistrats

La technologie contribue au développement des connaissances, à s’en tenir aux propos du DG de l’ENMG.

Accessible à tous, aux magistrats et greffiers, une plateforme e-learning en gestation va permettre dans six mois, de disposer d’informations et de formations en ligne.

De l’innovation en vue. De retour d’une mission dans l’Hexagone, des responsables de l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes ou ENMG sont à l’œuvre dès maintenant dans la conception d’une plateforme e-learning qui va permettre au grand public de disposer pour la première fois, d’informations et de formations nécessaires se rapportant au monde judiciaire. Pilotée par l’ENMG, cette plateforme comportera également un espace exclusif dédié aux magistrats et greffiers en activité, dans le besoin de se former en continu. « Il est temps de mettre l’ENMG au XXIème siècle », affirme Anthony Ramarolahihaingonirainy, le directeur général de l’Ecole. Avec les trois informaticiens et le directeur de la formation au sein de l’ENMG, Anthony Ramarolahihaingonirainy a visité l’ENM ou Ecole Nationale de la Magistrature de France, sis à Bordeaux. Cette visite a permis de s’enquérir des modalités d’usage des nouvelles technologies dans la formation des magistrats et des greffiers.

Pour Madagascar, la formation à distance que l’ENMG va mettre au point, prend en compte les justiciables. « La plateforme e-learning est en partie accessible au grand public. Des informations intéressantes seront ainsi à la portée de tous. L’essentiel c’est d’une part l’adaptation de l’école aux technologies, et d’autre part, il y a la démarche inclusive », poursuit Anthony Ramarolahihaingonirainy. Sitôt nommé directeur général de l’ENMG en avril 2019 avec un plan d’action pour redresser l’Ecole à son entrée en fonction, Anthony Ramarolahihaingonirainy a déjà anticipé le vaste projet de renforcement des relations avec les partenaires techniques et financiers pour moderniser l’institution qu’il dirige.

Passage à l’action

Lors de la visite en France, la présentation des axes où le partenariat s’avère opportun a été la priorité de la délégation malgache. « Pour le bien de notre pays, il est primordial de définir les domaines où les apports des partenaires techniques et financiers sont nécessaires. Il importe de voir les pratiques que l’on peut adapter à Madagascar », précise Anthony Ramarolahihaingonirainy. À l’origine de ce projet de formation à distance dès sa prise de fonction il y a  dix mois, le DG de l’ENMG désire privilégier le passage à l’action en matière de réforme structurelle de la formation des magistrats et greffiers. « Réactiver le site web de l’École est impératif, au même titre les réformes déjà annoncées», selon toujours lui.

Au chapitre de ces réformes figurent l’ouverture du cursus de formation aux pratiques anglophones ainsi que la dotation d’un immeuble à l’Ecole qui continue de louer un appartement privé à Tsaralalàna. Par rapport aux coûts engagés dans la modernisation prévue de l’ENMG dans la forme et dans le fond, son DG préconise « le développement des collaborations avec les partenaires techniques et financiers ». L’AFD ou Agence Française de Développement a notamment appuyé l’équipe de l’ENMG dans la réalisation de la mission en France. « Vers juin-juillet, les premiers essais de la plateforme e-learning auront lieu. Des efforts sont déployés en parallèle pour l’organisation des concours d’entrée à l’École étant donné que la vocation principale de l’ENMG est de former les élèves-magistrats et élèves-greffiers. Je crois à la tenue du concours pour ce premier trimestre. À la limite, la reprise du concours est pour cette année. Tout dépend de la sortie du décret portant ouverture du concours », d’après toujours le DG de l’ENMG.