Accueil » A la une » Consommation – Le Vary Tsinjo à 500 ariary le kapoaka arrive
A la une Economie

Consommation – Le Vary Tsinjo à 500 ariary le kapoaka arrive

Chose promise, chose due! La Présidence et le ministère de l’Industrialisation, du commerce et de la consommation (MICC) veillent au grain, notamment contre les velléités de spéculation et autres abus sur les prix des produits de première nécessité (PPN), surtout le riz après les fêtes de fin d’année.

La cargaison de riz Tsinjo, récemment importée par l’État à travers la société State Procurment of Madagascar (SPM), vient d’être mise sur le marché depuis hier. Le « kapoaka » de ce riz dont la première distribution a été effectuée auprès des détaillants des six arrondissements de la capitale, est vendu à 500 ariary. Un riz de haute qualité qui n’a rien à voir avec le communément appelé « stock tampon », selon les précisions du Directeur général du commerce et de la consommation auprès du MICC, Naina Randriamananjara. Il ajoute: « Le ministère adopte une stratégie visant à maintenir les prix du riz et à lutter contre les abus de certains. Les six districts d’Antananarivo ont commencé à vendre du riz Tsinjo, les localités environnantes dans la région d’Analamanga en seront ensuite approvisionnées avant de s’étendre progressivement vers d’autres endroits. La distribution d’autres produits de première nécessité, comme l’huile et le sucre, est en cours. Le ministre Edgard Razafindravahy a pour objectif d’aider la population à obtenir des biens et produits à des prix justes après les fêtes de fin d’année ».

De son côté, la société SPM invite les distributeurs intéressés à travailler avec elle pour distribuer le riz Tsinjo sur le marché. Le propriétaire a confirmé que le riz Tsinjo n’est pas un riz stock tampon, et annoncé que le cinquième navire transportant 25 000 tonnes de riz devrait faire escale à Toamasina avant le 25 janvier 2022.

Lors d’une récente intervention, le président de la République Andry Rajoelina a annoncé l’importation de riz… tous les mois jusqu’à ce que le prix du riz soit stable sur le marché et pour que les Malgaches puissent s’offrir des produits à la portée de leurs moyens.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter