Accueil » Economie » Tourisme – Le passeport vaccinal inquiète les opérateurs
Economie

Tourisme – Le passeport vaccinal inquiète les opérateurs

La FHORM reste optimiste malgré les craintes formulées.

Reprise au conditionnel. Après un bilan peu reluisant pour l’année dernière, la plupart des opérateurs touristiques entrevoient un avenir, à moyens termes, encore plus à craindre pour leurs secteurs. Avec les annonces sur les vaccins anti-Covid, les compagnies aériennes voient le ciel s’éclaircir. Cependant, « la réalité est tout autre car, avec l’épidémie en toile de fond, l’option d’un passeport attestant la vaccination contre le virus sera synonyme d’une autre année d’attente pour la reprise. » craint Johann Pless, président de la Fédération des Hôteliers Restaurateurs de Madagascar (FHORM).

L’idée du passeport vaccinal est assez simple. Pour monter à bord de l’avion, le passager devra montrer la preuve qu’il a bien été vacciné contre le coronavirus. Dans certains pays, ce passeport est déjà en cours de mise en place, destiné aux personnes vaccinées. Celui ci, délivré deux semaines après l’administration de la deuxième dose du vaccin, permettra à ses détenteurs d’assister à des événements culturels et d’aller au restaurant. Il permettra aussi d’être exempté de quarantaine après avoir été en contact avec une personne infectée et d’éviter les tests avant de voyager à l’étranger. Des procédures qui seront encore difficiles à appliquer vu les infrastructures à disposition dans le pays.

«Ce sera une opération logistique difficile, Il faudra encore du temps pour faire vacciner tous les voyageurs du monde entier. Entre-temps, le secteur aura déjà du mal à panser les cicatrices provoquées par les longs mois de confinement et de fermeture des vols tant internationaux que régionaux. Et ce n’est pas le tourisme national qui pourra assurer exclusivement la survie du secteur ainsi que des personnes qui en vivent » ajoute le président du FHORM.

Par ces quelques lignes, ce responsable se résigne, pour le moment, à mettre le destin de son secteur d’activité aux mains des voyageurs nationaux. Notamment par le principe de remise à niveau du tourisme local.En effet, Il s’agit dorénavant de revaloriser le tourisme national dans la mesure où ce dernier représente l’alternative la plus avantageuse pour atténuer les impacts de la saisonnalité, mais aussi et surtout celui de la pandémie, subis par le secteur lorsque la santé et la rentabilité de l’industrie touristique dépendent le plus souvent de l’affluence apportée par la venue des touristes étrangers.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi