Accueil » A la une » Litchi 2020-2021 – Campagne optimiste malgré la covid
A la une Economie L'Express plus Magazine

Litchi 2020-2021 – Campagne optimiste malgré la covid

Madagascar produit environ quatre vingt mille tonnes de litchis par an.

Madagascar vient d’ouvrir le 13 novembre dernier sa campagne d’exportation du litchi pour l’année 2020-2021 dans les régions Atsinanana et Analanjirofo. Ce premier transport de litchi par bateau, en partance pour l’UE, transporte environ 7 500 palettes de fruits.

Malgré une légère baisse de tonnage, les membres du Groupement des exportateurs de litchis (GEL) restent optimistes pour leurs ventes cette année, dans le contexte du coronavirus. « Après plusieurs mois de doute, cette campagne a pu avoir finalement lieu… Expédier des produits dans le contexte de la crise sanitaire actuelle est toujours un avantage. Cette année, l’Europe disposera de 15 000 tonnes. Le reste sera exporté vers la Russie, et Dubaï, notamment.

Malgré la suspension des frontières aériennes, Covid oblige, le fret aérien et maritime a connu une augmentation. Une hausse est observée à l’international. Sur les 16 000 tonnes du tonnage total, 86 tonnes de litchis environ partiront en avion pour la première expédition.

Introduit à Madagascar en 1764, les premières exportations de litchi vers l’Europe ont démarré dans les années 1960. Envoyées fraîches et par avion, les quantités exportées de l’époque étaient faibles et le fruit figurait sur les marchés de l’UE comme étant un produit de luxe réservé à une clientèle d’origine asiatique.

Madagascar produit environ 80 000 à 100 000 tonnes chaque année. Les campagnes du litchi se poursuivent jusqu’au mois de janvier. La production majoritaire est fournie à 55% par les régions Analanjirofo et Atsinanana. Atsimo Atsinanana et Vatovavy Fitovinany partagent le reste à environ 40%, et enfin Taolagnaro à 0,5%.

L’île exporte seulement 20% de sa production, et 30% environ sont consommés au niveau local. Les 50 % restant se détériorent sur place, faute de moyens suffisants pour les conserver ou les transformer.

Après la Chine et l’Inde, Madagascar occupe toujours le 3e rang des producteurs internationaux. 30 000 foyers de paysans producteurs et 3 000 collecteurs vivent de cette filière dans les régions Atsinanana et Analanjirofo.

Pour l’UE, le rapport qualité-prix du litchi malgache, lui permet encore d’être classé parmi les meilleurs, et de figurer dans le choix favori des consommateurs.

 

Madagascar exporte 20% de sa production.

Des prix très variables

Le prix du kilo auprès des producteurs en 2017 se situait entre 1 000 à 1 500 ariary.

Dans les commerces de détail, le litchi malgache bénéficie toujours d’une importante mise en avant (facing). En 2018 les prix aux consommateurs restaient plus élevés, de l’ordre de 5,00 euros/kg (23 289 ariary) contre 4,50 et 5,00 euros/kg (23 288 ariary environ) pour les fruits d’Afrique australe.

A la vente, les prix des fruits réunionnais présentés en bouquet sont établis selon les saisons autour de 8,00 et 9,00 euros/kg (environ 37.254 ariary à 41 911 ariary)

Début janvier 2019, le litchi malgache expédié par bateau était fixé à environ 2 euros (prix au kilo) alors que celui de la Réunion envoyé par avion se négociait entre 5 et 12 euros.

Trente mille familles et collecteurs vivent de la filière litchi.

Litchi -Madagascar – importations (en tonnes) estimées de l’Union européenne

Avantages et contraintes d’une filière pourtant prometteuse

Les avantages

Tarifs compétitifs -Homogénéité des quantités produites – nouveaux créneaux (fruits sous labels « commerce équitable et bio », fruits frais branchés, diversification des débouchés)

Difficultés et aléas

Qualité quelquefois inconstante –climatologie pas toujours au rendez-vous (Cyclones Enawo, Awa… 45 cyclones durant ces dernières décennies) –

Certains hivers peu marqués, engendrent une production moindre et plus tardive – contraintes du marché – recrudescence selon les années de maladies endémiques (en 2017 : 2400 cas identifiés de peste, enrayés grâce à des mesures drastiques juste avant la campagne)-

Et enfin encore un grand manque d’infrastructures adaptées

Ces difficultés entraînent souvent des épreuves pour la filière litchi malgache dont dépendent environ 100.000 familles (planteurs, collecteurs, transporteurs, et entreprises exportatrices).

Mais qualitativement, les fruits se maintiennent et l’apparition grandissante de nouveaux créneaux (fruits sous labels « Commerce équi­table et bio », fruits frais branchés, diversification des débouchés) autorise un relatif optimisme pour les prochaines campagnes, bien qu’il s’agisse encore d’orientations marginales

Malgré ces aléas et épreuves diverses, le litchi malgache demeure encore très attractif au niveau européen notamment, par son prix et sa qualité. Il reste pour longtemps encore parmi les principaux produits d’exportation fournisseurs de devises à Madagascar.

Le manque d’infrastructures est une des difficultés rencontrées dans cette filière.
30% de la production de litchi sont écoulés sur le marché local.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi