A la une Culture

Radio Antsiva – 25 ans au service du public

La radio Antsiva compte 25 ans au compteur. Un quart de siècle au service du public et à défendre l’intérêt du public, selon ses membres fondateurs.

L’intérêt public et du public. Comme l’explique Ismaël Razafinarivo, directeur de publication, et un de ses membres fondateurs, telle a été la principale motivation de la radio Antsiva, depuis ses débuts.

« À la différence des au­tres radios qui ont été créées pour défendre des intérêts politiques ou des intérêts particuliers, la radio Antsiva s’est toujours évertuée à prioriser l’intérêt public et du public dans sa posture. C’est probablement, la raison de sa longévité lorsque la plupart des stations créées à la même période ont cessé d’émettre, ou se sont tues pendant longtemps avant d’être revenues sur les ondes, il y a quelque temps », explique Ismaël Razafinarivo.

Comme le soulignent ses membres fondateurs donc, ce souci de prioriser l’intérêt public et celui du public a fait que, contrairement à certaines de ses concurrentes, Antsiva a toujours été présente sur les ondes, sans interruption. Ayant émis pour la première fois le 3 décembre 1994, la radio Antsiva a soufflé ses vingt-cinq bougies, hier.

Une célébration sobre mais riche en réflexions et donnant la part belle aux auditeurs, a marqué la journée d’anniversaire de l’une des stations radiophoniques privées les plus anciennes de la place. Une formule qui a contribué à faire la renommée de la radio durant ses vingt-cinq ans d’existence. Informer, interpeller, amener les citoyens à s’intéresser à la vie politique du pays, aux choses publiques sont également, les ingrédients qui ont permis à Antsiva de fidéliser ses auditeurs et s’installer dans la durée.

Cette posture a, par ailleurs, amené la radio à prendre une part active dans des événements politiques tels que 2002, ou 2009.

« La station a toujours suivi le courant des mouvements populaires par conviction », explique-t-il. Il ajoute que c’est, par conviction, également, qu’elle s’est abstenue de s’impliquer dans les manifestations publiques d’avril 2018.

Refondation

Ismaël Razafinarivo explique qu’en 2008, la radio Antsiva a pris un virage idéologique, celui de la refondation. « Nous avons pris conscience que le problème dans ce pays est systémique. Qu’il faut changer le système. Pour nous, il y a trois étapes nécessaires : la révolution, la refondation et les élections. C’est parce que le mouvement d’avril 2018 qui réclamait des élections anticipées, ne cadrait pas avec sa conviction, que Antsiva ne s’y est pas impliquée », explique Ismaël Razafinarivo.

La radio Antsiva a aussi, pu compter sur l’ouverture d’esprit de son propriétaire, Edgard Razafindravahy, qui a toujours respecté l’indépendance des journalistes quelle que soit la conjoncture politique. « Radio Antsiva est allée par monts et par vaux, mais elle a toujours tenu le cap grâce au professionnalisme de ses journalistes. Le chemin était difficile, mais Antsiva a toujours su bien jouer son rôle d’acteur de la vie sociopolitique », souligne-t-il
L’équipe d’Antsiva cogite, actuellement, sur la manière de rester un incontournable du paysage radiophonique, notamment, face à l’évolution de la technologie et des besoins du public. Son directeur de publication rassure, toutefois, que la radio ne dérogera pas à ses convictions.