Economie

Carburants – Tout risque de pénurie écarté

Les dispositions sont prises et sont prévues pour éviter les problèmes d’approvisionnement en carburant à Antananarivo à l’approche des fêtes de fin d’année.

Escorte. À l’approche des fêtes de fin d’année, la Logistique Pétrolière SA s’active pour éviter d’éventuelles nouvelles perturbations de l’approvisionnement dans la capitale, sous l’œil inquisiteur du ministère de tutelle. Le ministre par intérim de l’Énergie, de l’eau et des hydrocarbures, Christian Ramarolahy, a effectué une descente au dépôt d’Ankorondrano, il y a quelques semaines, pour s’enquérir du niveau de stock de carburants pour Antananarivo. À cet effet, il a insisté sur la nécessité de la LPSA de se conformer au niveau prévu par le cahier des charges, équivalent à des consommations journalières de 21 jours. Avec l’arrivée de la saison cyclonique, le stock de sécurité prend tout son sens pour la capitale dont l’approvisionnement dépend, en grande partie, de la RN2. Une source auprès de la LPSA jointe au téléphone, hier, indique que la société fournit tous les efforts nécessaires pour atteindre le niveau requis. «Nos camions font le maximum pour transporter les carburants de Toamasina vers Antananarivo. C’est au niveau du rail que nous rencontrons quelques problèmes», souligne notre interlocuteur qui précise que l’approvisionnement du pays se déroule normalement au niveau du port. «Pour les autres villes, le stock de sécurité est pratiquement atteint», glisse-t-il par ailleurs.

Lors de cette descente, Christian Ramarolahy a déclaré que l’État était prêt à prendre toutes les dispositions nécessaires relevant de ses compétences pour appuyer la LPSA dans le transport des carburants.

Déménagement

Hors de question, pour le ministre, que le couac d’octobre se reproduise en cette période de fin d’année où la consommation de carburants a tendance à augmenter. Il a évoqué, entre autres, la possibilité de solliciter des forces de l’ordre pour l’escorte des camions-citernes, si besoin est, afin d’accélérer le rythme. Une éventualité que salue notre interlocuteur au sein de la LPSA. «Il est vrai que cela peut nous être utile», admet-il.

Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures, Olivier Jean-Baptiste, qui a accompagné le ministre lors de la descente a expliqué que le stock de sécurité était nécessaire en cette période cyclonique où le trafic sur la RN2 n’est pas à l’abri d’un éboulement ou de toute autre catastrophe. «En cas de problème sur cet axe, c’est le stock de sécurité qui est entamé, le temps que l’approvisionnement des dépôts reprenne».

Le ministre n’a pas manqué d’appeler la LPSA à investir dans de nouveaux sites de stockages afin que la capacité suive l’évolution de la consommation des Tananariviens. Il a également évoqué un déménagement du site d’Anko- ron­drano au vu des risques majeurs qu’il représente pour les habitants de cette partie de la ville qui s’est fortement urbanisée, ces dernières années.