Accueil » Economie » Secteur des mines – Les pierres précieuses ratent la foire de Tucson
Economie

Secteur des mines – Les pierres précieuses ratent la foire de Tucson

Haja  Ralambomanana  voit  une  situation  bloquée  pour  les  petites  mines.

Des opérateurs malgaches participent depuis des années à la foire aux pierres précieuses et aux bijoux de Tucson aux États-Unis. Une foire annuelle qui voit la présence d’acheteurs et d’exposants du monde entier. « La foire se tiendra du 26 janvier au 6 février 2022, et les préparatifs se tiennent deux à trois mois à l’avance, c’est-à-dire, normalement depuis le mois dernier. Mais jusqu’ici, nous craignons qu’aucune pièce de pierre ne puisse quitter le pays » a fait savoir Haja Ralambomanana, représentant des opérateurs exportateurs de gemmes, hier lors d’une conférence de presse.

Ils étaient une vingtaine à être présents pour témoigner de leur inquiétude face à la situation. Ils risquent en effet de perdre leur gros lot de l’année,d’autant plus qu’ils n’ont pas pu être présents aux deux dernières foires pour cause de pandémie. « Partout où on s’adressait, on nous baladait à propos des signataires d’autorisation. Ensuite il y a toute cette tension concernant l’exportation des pierres précieuses », poursuit-il.

Peur

Un opérateur et deux membres du personnel du département des Mines se trouvent en effet en prison depuis trois semaines. « Il y a comme une mauvaise interprétation des textes dont celui en vigueur est le 3156/2001 fixant les valeurs marchandes de référence des produits de mines. C’est ce qui s’est passé à Ivato dernièrement » explique encore l’opérateur qui ne voit aucune infraction minière à ce cas précis.

« L’exportation légale de pierres précieuses devient ainsi une activité qui fait peur vu le risque d’arrestation et d’emprisonnement pour des opérateurs et des fonctionnaires » finit-il. Les grandes compagnies minières, pourtant, ne rencontrent pas autant d’obstacles pour exporter leurs produits.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter