Accueil » Editorial » Pas laid
Editorial

Pas laid

Un quart de siècle. C’est le temps qu’il fallait pour remettre le Rova de Manjakamiadana sur pied. 123 ans, c’est le temps nécessaire pour faire revenir la couronne du dais royal de la reine Ranavalona Ill au pays. C’est dire l’absence de volonté des dirigeants successifs pour ramener au pays tous les patrimoines confisqués par l’ancienne puissance coloniale.

Comment peut-on se réclamer d’être le propriétaire d’un patrimoine alors qu’on n’a rien fait pendant plus d’un siècle. À la fin de la colonisation, on aurait pu choisir de revenir à la royauté et renier la République mais personne n’en avait fait ni la demande ni la démarche.

Le Rova est maintenant restauré après un quart de siècle pendant lequel on a végété entre la volonté de reconstruire le patrimoine à l’identique et les polémiques avec les associations et courants d’idées conservateurs. Si le Rova était le symbole de la souveraineté nationale avant la capitulation de la dernière reine, on doit être fier aujourd’hui que le palais de la reine incarne de nouveau ce symbole. On verra plus tard si la soi-disante profanation faite à Manjakamiadana causera une malédiction aux Malgaches comme le prédisent certains leaders de l’anti-Rova. Ils ont d’ailleurs affirmé que la série d’accidents de la circulation ainsi que la série d’enfants violés en étaient la preuve.

Si diviser pour régner était la stratégie des colons, le Rova doit être le dénominateur commun de tous les Malgaches désormais. On peut ne pas être d’accord sur ceci ou sur cela, le Rova reste une fierté de la population surtout dans sa version relooké qui n’est pas du tout laid. C’est juste une logique.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi