Accueil » Faits divers » AMPANEFY – Un prêtre attaqué pour détournement de mineure
Faits divers

AMPANEFY – Un prêtre attaqué pour détournement de mineure

L’adolescente passe par Ampanefy pour regagner son foyer à Antanetikely Ambohijoky et il arrivait qu’elle ne rentrait pas, selon les témoignages.

Une adolescente de dix-sept ans poursuit un prêtre de son église pour abus sexuels. Des actes visant à pousser la jeune fille mineure à faire machine arrière fusent.

Un fait divers qui suscite un remue-ménage à Ambohijoky. Mouillé dans une affaire d’abus sexuel sur mineur, un prêtre fait l’objet de plainte auprès de la police de la protection des mœurs et des mineurs. L’adolescente a déposé sa plainte jeudi et un examen médical a été effectué. Le passage au parquet près le tribunal de première instance d’Antananarivo est prévu incessamment. Soumise à de nombreuses pressions visant à la pousser à renoncer, la jeune fille, traumatisée, ne sait plus à quel saint se vouer.

Des leaders d’opinion auprès de son établissement scolaire, mais également auprès de l’église, sont soupçonnés vouloir tenter d’étouffer l’affaire pour ne pas salir le nom et la réputation du prêtre incriminé. Dans son entourage, la fillette se plaint d’agressions ouvertes et d’actes de violence perpétrés par ses proches, dont son oncle. Le prêtre impliqué dans cette affaire qui laisse pantois se trouve à Ampanefy. Âgé de dix-sept ans, la plaignante réside pour sa part à Antanetikely Ambohijoky. Abandonnée par son père depuis son enfance, elle habite avec sa mère.

Confinement

La série d’abus sexuels sur mineur incriminant l’homme d’église remonte en 2020 lorsque la victime n’avait que quinze ans. Cultivatrice, sa mère fournissait des produits maraîchers qu’elle se chargeait d’apporter notamment pendant la période de confinement au prêtre. Leur relation aurait alors commencé à connaître une autre tournure.

De nombreux échanges téléphoniques se seraient installés entre le prêtre et l’adolescente et cette dernière aurait plus d’une fois passé la nuit dans la demeure de celui-ci sous prétexte qu’elle ne pouvait par regagner son foyer familial à une heure tardive. Les abus sexuels mis sur le tapis ont éclaté au grand jour après deux ans de relation. Disant ne plus pouvoir supporter la situation, l’adolescente a fini par porter plainte.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter