Accueil » Politique » Tolagnaro – Rajoelina vilipende ses détracteurs
Politique

Tolagnaro – Rajoelina vilipende ses détracteurs

Andry Rajoelina est satisfait de son bilan à mi-mandat.

Galvanisé par les projets en cours dans le Sud, le président de la République a torpillé ses détracteurs. Il fait part de son satisfecit quant à son bilan à mi-mandat.

L’État travaille. Andry Rajoelina, président de la République, l’a martelé durant ses prises de parole durant sa tournée dans le deep south, la semaine dernière. Tablant sur les faits d’armes étatiques en matière de développement, il a tiré à boulets rouges sur ses détracteurs, lors de son allocution à Tolagnaro.

«Pour eux, rien de ce que l’on fait n’est prioritaire. C’est pour cela, justement, qu’ils n’ont rien pu faire», assène le chef de l’État. Parlant du projet de réhabilitation de la Route nationale numéro 13 (RN13), notamment, le président Rajoelina lance que c’est parce que ses prédécesseurs ne l’ont pas considérée comme une priorité qu’elle n’a pas été faite jusqu’ici. «C’est une priorité pour nous. Nous ne sommes pas de ceux qui tergiversent. Nous sommes de ceux qui avancent pour développer Madagascar», ajoute-t-il.

Après en avoir fait part aux habitants d’Ambovombe, jeudi, Andry Rajoelina, a réitéré à Tolagnaro, samedi, que les travaux de réhabilitation de la RN13 démarreront avant la fin de l’année. «Alors que d’autres ont dit que cela ne pourra se faire qu’en 2030 ou 2040, moi j’affirme que les travaux doivent impérativement commencer cette année 2021. Ils doivent impérativement être terminés», soutient-il.

Le chef de l’État rappelle ainsi que si la première phase du projet de réhabilitation concerne le tronçon Tolagnaro – Ambovombe, la partie Ihosy – Betroka est aussi au programme. L’enveloppe de 332 millions de dollars de la part du Fonds monétaire international (FMI), visiblement, a galvanisé le président de la République.

Victoire écrasante

Cette somme qui est un don non remboursable est, en effet, déjà dans les caisses de la Banque centrale, selon le dernier Conseil des ministres. À Ambovombe, Andry Rajoelina a soutenu qu’une partie de ces 332 millions de dollars sera affectée au financement des grands projets pour l’émergence du Sud. Dans la liste figure, notamment, le pipeline qui acheminera l’eau de la rivière Efaho, jusqu’à Ambovombe et la RN13.

«Lors du colloque pour l’émergence du Sud de Madagascar, il a été décidé que tous les travaux de développement nécessaires à cette partie du pays seront faits. Ils ont alors affirmé que nous n’y arriverons pas puisque nous n’aurions pas le financement nécessaire. Seulement, nous, nous sommes dynamiques et nous travaillons», réplique le président Rajoelina.

Outre la RN13, le locataire d’Iavoloha affirme qu’il est parvenu à convaincre la Banque mondiale de financer la réhabilitation de la RN10.

Dans son élan, le président de la République a énuméré les principaux travaux de réhabilitation de route en cours, comme celui d’Ambilobe – Vohemar, la RN6 entre Ambanja et Antsiranana, ou encore la RN44 qui part de Moramanga jusqu’à Ambatondrazaka. Soulignant qu’il entame la deuxième moitié de son mandat, Andry Rajoelina a comparé son quinquennat avec un match de football.

«Nous en avons terminé avec la première mi-temps. Au regard de tous ceux qui sont faits et de tous ceux qui sont en cours, nous pouvons dire que nous menons 5-0», affirme le locataire d’Iavoloha. Du point de vue du président de la République, son bilan à mi-mandat présage une victoire écrasante contre ses détracteurs.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • et vive le foot, pas facile de faire « gober » les dépenses pharaoniques pour des stades et autres fariboles qui auraient déjà pu servir au développement bien plus tôt…
    Ce qui veut dire appeler le FMI et la BM pour couper les citrons à la mi-temps …