A la une Politique

Statut de l’opposition – L’Allemagne préconise l’inclusion

À l’occasion de la journée de l’uni­té alle­mande, il a convié les autorités malga­ches ainsi que le corps diplomatique à la Villa Berlin Ambatoroka. Après la fin de mission d’Harald Gherig en juin, Michael Derus célèbre sa première fête nationale à Madagascar.

Dans son discours, il a mis en exergue l’importance de la bonne gouvernance et de la démocratie. Ainsi, il a émis son « souhait » pour que toutes les parties prenantes « aboutissent à un accord sur la loi sur le statut de l’opposition ».

Michael Derus est l’un des rares diplomates qui s’est exprimé sur ce sujet qui a défrayé les chroniques au mois d’août. Une position loin d’être fortuite car l’Allemagne a récemment actualisé les directives de sa politique africaine.

Ainsi, « la paix, la sécurité et la stabilité » figurent parmi les axes prioritaires de cette nouvelle orientation.
Reconnue par la Consti­tution dans son article 14, la loi sur l’opposition et les partis d’opposition a été adopté en 2011. Toutefois, elle n’a jamais été appliquée.

Opposition parlementaire

Avec l’avènement de la nouvelle Assemblée nationale, le député Jean Brunelle Razafitsiandraofa a concocté une proposition de loi modifiant certaines dispositions de cette loi notamment l’instauration d’une opposition parlementaire. Boycottée par les députés du Tiako i Mada­ga­sikara, la proposition de loi a été adoptée par la majorité parlementaire.

Examinée par les sénateurs le dernier jour de la session ordinaire, la proposition n’a pas été adoptée. En dehors du Parlement, des groupements politiques se déclarant « d’opposition » se sont formés. Il s’agit entre autres du Rodoben’ny Mpanohitra miaro ny demokrasia eto Madagasikara (RMDM) avec le président national du TIM à la tête.

La session budgétaire commencera dans deux semaines. Les débats vont reprendre et il est attendu comme le souhaite l’ambassade d’Allemagne que la loi sur le statut de l’opposition soit « acceptée par toutes les parties prenantes ».

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Le mot  » inclusion  » est un gros mot pour nous car ramène à la période de la transition . Madagascar a eu entre temps deux présidents démocratiquement élus et c’est un pays souverain . L’autre roublard Marc Ravalomanana ne doit pas se frotter les mains rapidement . L’Allemagne par contre après la déconvenue électorale de la coalition CDU/CSU et du SPD avec la percée de l’extrême droite pour asseoir une stabilité gouvernementale Angela MERKEL va t’elle inclure ces derniers dans son gouvernement ? That is the question..