Accueil » Politique » Assemblée nationale – Rideau sur la session extraordinaire
Politique

Assemblée nationale – Rideau sur la session extraordinaire

Tout se passe comme prévu. La session extraordinaire s’est achevée, hier, pour la Chambre basse. Les députés ont bouclé l’adoption du projet de loi de ratification des ordonnances présidentielles, avant les douze jours inscrits dans le décret de convocation.

La mission confiée à la commission mixte paritaire se positionne au premier plan des débats. Dans le couloir et dans la salle de session, l’échec du consensus entre les représentants de l’Assemblée nationale et du Sénat est sur les bouches des parlementaires au Centre de conférence internationale d’Ivato, hier.

Dans son discours de clôture également, la présidente Christine Razanamahasoa n’a pas manqué de souligner ce sujet. Elle a profité de l’occasion pour éclaircir la différence entre la commission permanente au sein des deux Chambres et la commission mixte paritaire qui n’existe que très rarement. « La première prend en considération l’idée de la majorité avant de décider tandis que la deuxième joue sur le consensus », a-telle expliqué. C’est au niveau de « l’absence de consensus » que les divergences de points de vue opposent les députés à leurs collègues sénateurs. « Les sénateurs ont dépensé leur temps à chercher à décrocher la majorité par la levée des mains alors que ce n’est plus d’actualité», estime Christine Razana­mahasoa. Dans sa position, la cheffe d’Institution a écarté les accusations des sénateurs d’avoir validé l’adoption du projet de loi.

Du côté des sénateurs, ils ont poursuivi la session extra­ordinaire. La Chambre haute règle encore quelques affaires intérieures. Elle a procédé à la remise de l’écharpe à la sénatrice Kalozafy, élue dans la province d’Antsiranana, qui pour la première fois a assisté à la session. Ainsi, la clôture de la session s’est déroulée différemment pour les deux assemblées parlementaires. Les sénateurs ont longtemps expliqué leur position sur la suite du mouvement pour contester l’adoption du projet de loi de ratification. Ces élus ne comptent pas lâcher prise pour faire entendre « les démarches légales » suivies par la commission mixte.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi