Accueil » A la une » Nosy Be – Le festival Somarôho démarre en fanfare
A la une Culture Régions

Nosy Be – Le festival Somarôho démarre en fanfare

Un carnaval dansdans les rues de Nosy Be a ouvert le festival Somarôho,hier

C’est  parti pour cinq jours de festivités, la neuvième édition du festival Somarôho  a démarré en fanfare hier (mercredi) à Nosy Be. La ville vit désormais au rythme de l’évènement du 3 au 7 août. 

Cette manifestation est   l’occasion de rassembler, dans un même élan, les populations locales et les vacanciers. Elle fédère les grands et petits, politiques ou non.

La ville vit désormais au rythme de l’évènement, appuyé par Telma qui soutient toujours la culture, et la société Madagold Fiesta , un partenaire nouveau venu pour soutenir le Somarôho. Le but est de donner un nouvel élan,un nouveau souffle économique dans un contexte post-covid où les activités sont en veilleuse dans tous les secteurs.

Comme à l’accoutumée, le festival a été ouvert par  un grand carnaval  sillonnant les artères de Hell-ville jusqu’au stade municipal.

Cette fois, on aurait dit que le tout Nosy Be, habitué de l’ambiance de fête, est sorti pour admirer, les groupes participants. Du centre ville jusqu’au stade d’Ambodivoanio, «Somaroho» continue à s’affirmer comme un rendez-vous festif et énergique.

Dès midi, l’île aux parfums était totalement en effervescence   et la circulation sur l’axe château d’eau- La mairie a été coupée pour servir l’itinéraire  du carnaval. Une situation qui n’a pas du tout arrangé les automobilistes et les taxi-bajaj  qui étaient ennuyés par la durée indéterminée du défilé.

Sur le chemin, le carnaval s’est annoncé classique et innovateur. Le changement notable a été les deux arrêts, devant Bazar Be et la commune urbaine de Nosy Be, au cours desquels les participants au concours de meilleur groupe ont pu faire librement la démonstration des danses chorégraphiques qu’ils ont préparées depuis un certain temps.

Le nombre des participants a nettement augmenté par  rapport aux éditions précédentes. Et  les  groupes de jeunes habitués, comme Jazz Failone et Kosovo  ont été encore  présents  montrant leurs expériences particulières sur l’organisation d’un grand carnaval, mais le fait de créer et de rassembler des idées pour le carnaval, comme les déguisements, les maquillages, les uniformes, les masques, les types de danse, les thèmes …., signifie que ces jeunes festivaliers sont doués et inspirés. Depuis des années, les différents festivals de Nosy Be restent toujours un mode de vie destiné à développer les jeunes, à faire émerger leurs talents, à promouvoir la culture.

« Aucun d’entre eux n’a de connaissances ou d’expériences particulières, mais ils en ont l’ habitude. À chaque carnaval, ils ont évolué différemment avec leurs propres traditions et coutumes. Ils présentent tous des points communs et des similitudes» a expliqué Mômô, coach du groupe Jazz Failone du quartier Camp Vert.

Lors de la  cérémonie officielle tenue au terrain d’Ambodivoanio, les intervenants, entre autres le maire Vita Gilbert et  le gouverneur Daodo Arona Marisiky, ainsi que le député de Nosy Be Tatie Chris, étaient tous de même avis sur l’importance de ce festival fédérateur. Ils ont aussi tenu à remercier le couple Wawa pour son initiative louable, et la Madagold Fiesta pour son apport considérable. «Certes, la culture est une identité de la région, mais elle doit se conjuguer avec le projet de développement de cette région dont le tourisme, son levier pour booster son économie» a affirmé le gouverneur.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter