Accueil » Social » Pandémie – Les personnes en situation de handicap se sentent délaissées
Social

Pandémie – Les personnes en situation de handicap se sentent délaissées

La  cérémonie  de  remise  des  dons  pour  les  personnes  handicapées à  Ambohijatovo.

Classées vulnérables, les personnes en situation de handicap demandent leur inclusion dans les distributions d’aides. Elles sont regroupées au niveau d’une plateforme réunissant plus de dix-mille membres.

La crise sanitaire touche toutes les franges de la population. Parmi les plus précaires, il y a les personnes en situation de handicap. Classées vulnérables dans cette crise, elles demandent leur inclusions dans les initiatives de distribution d’aides ou d’appui financier sous toutes les formes. « Comme toute personne classée vulnérable, la personne en situation de handicap subit les conséquences de la crise sanitaire. Chacun de nous vit au jour le jour et chacun doit gérer le quotidien, l’aspect social et surtout financier », expose Manana Martial, président de la Plateforme des fédérations des personnes handicapées de Madagascar.

La plateforme regroupe des fédérations, lesquelles réunissent plus de dix mille membres. « L’inclusion des personnes handicapées a été un combat de longue haleine. Cette inclusion implique que nous ayons les mêmes droits que les personnes valides. Ceci dit, il ne faut pas oublier que les personnes en situation de handicap sont plus exposées que d’autres aux risques de contagion et à l’impact de la crise sanitaire », expose le président de la plateforme.

Pour lui, il est essentiel que les personnes en situation de handicap bénéficient d’un appui particulier de la part de l’État. « Le confinement a été un poids de plus. On ne peut se déplacer sans risquer de contracter le virus. Toutefois, il est de notre devoir de nourrir la famille. Comment ferait-on sans l’aide de l’État », s’interroge-t-il.

Accessibilité

Le président de la plateforme insiste sur le fait que les personnes handicapées doivent recevoir des appuis particuliers et pérennes. « L’aide de l’État est plus que nécessaire. Une aide spécifique comme le « Tosika Fameno » ou une aide singulière devrait être attribuée aux personnes classées vulnérables », ajoute-t-il.

En plus de cet appui particulier, Manana Martial pense que l’État devrait se pencher sur l’accessibilité des personnes en situation de handicap à des infrastructures adaptées. « Tant que le problème subsiste, on peut considérer qu’il y toujours une discrimination vis-à-vis des personnes en situation de handicap. D’ailleurs, lorsqu’il y a des distributions d’aides par exemple, les personnes handicapées ont parfois du mal à accéder au site de distribution faute d’infrastructures adaptées », assène-t-il.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi