Accueil » A la une » Agro-industrie – Une usine d’abattage de poulets à Anosimanjaka
A la une Politique

Agro-industrie – Une usine d’abattage de poulets à Anosimanjaka

Le président de la République coupe le ruban symbolique lors de l’inauguration de Mabel, hier

Le tissu industriel vient de s’étoffer d’une unité. L’usine d’abattage de poulets Mabel a été inaugurée hier à Anosimanjaka.

Un exemple parfait. L’usine d’abattage de poulet Mabel bâtie à Anosimanjaka par le groupe Inviso participe exactement à la politique d’industrialisation de l’Etat encadrée par le projet “One district, one factory” ainsi que les zones de pépinières industrielles, fer lance du ministère de l’Industrialisation, du commerce et de la consommation.

Mabel emploie dans un premier temps quarante-sept éleveurs de poulet pour un cycle de quatre vingt-cinq mille têtes de poulets. Quand l’usine atteindra son rythme de croisière, avec quatre vingt cinq éleveurs, on devrait tourner avec un cycle de cent quarante mille têtes. Au quotidien Mabel traitera vingt mille têtes de poulets transformés ou entiers.

Voilà donc une initiative très réaliste qui va produire un aliment presque “de base” de la population, transformer la production des éleveurs avec des emplois pour les villageois et la population des communes environnantes.

Le président de la République Andry Rajoelina a tenu à faire le déplacement hier pour l’inauguration . “Cette usine cadre bien avec le velirano numéro 7 sur l’industrialisation et du numéro 9 sur l’autosuffisance alimentaire. Je ne le répéterai jamais assez que nous devrons produire ce dont nous avons besoin. Seuls les pays qui produisent et transforment leurs matières peuvent faire face aux différentes crises que traverse le monde actuellement. Nous devons ainsi redoubler d’efforts pour atteindre l’autosuffisance alimentaire comme le souligne le velirano numéro 9.” a-t-il souligné.

Le président directeur général de Mabel, Shahim Ismael a quant à lui déclaré que cette usine confirme l’engagement du groupe Inviso en faveur de l’agro-industrie depuis vingt ans. Il a également souligné que le marché du poulet est très vaste et qu’il y a de la place pour tout le monde.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter