A la une Economie

Trésorerie à sec – Des entreprises de construction dans le chaos

Les  entrepreneurs  du  BTP  alertent  l’État  sur  l’impact de  la  crise  sanitaire  sur  la  trésorerie  des  entreprises.

La crise sanitaire liée au coronavirus met à genoux la moitié des entreprises formelles opérant dans le secteur de la construction et des BTP.

Réaction. Le secteur de la construction et des BTP subit de plein fouet la crise sanitaire , d’après la révélation des entrepreneurs et professionnels du métier hier. « En raison de la chute de leurs chiffres d’affaires, 50% des entreprises du BTP ont dû mettre leurs employés au chômage technique », estime Hary Andriantefihasina, président du Sebtp ou syndicat des entrepreneurs du BTP. Avec une ouverture à l’international en raison des importations, le secteur du BTP a connu tôt les répercussions de la propagation du coronavirus dans le monde.

« Depuis février, la crise sanitaire a occasionné un impact négatif pour les entreprises dans le secteur du BTP . L’approvision­nement en matières premières importées de l’extérieur s’est vite compliqué. Avec le confinement entré en vigueur le 20 mars, le déplacement des employés est devenu problématique », indique Hary Andriantefihasina. Face à la crise liée au coronavirus, l’exploitation est entravée chez les entreprises du bâtiment avec un recours inéluctable à la mise en chômage des employés. Pour l’un des professionnels dans le métier, Jacques Boillat, patron de l’entreprise Construct,

« La crise n’est pas terminée et il faut attendre un mois pour savoir la réalité de la perte dans les entreprises du bâtiment. Et c’est évident qu’il y a des problèmes financiers rencontrés depuis des années car l’entreprise du bâtiment est considérée comme le dernier pion dans la construction. C’est à-dire que le maître d’ouvrage, l’architecte, les divers fournisseurs se sucrent avant que l’entreprise ait fait ses travaux et puisse avoir un réel bénéfice. L’entreprise de construction dans le cadre formel devient un calvaire à vivre ». À travers un dialogue public-privé, les entrepreneurs du BTP restent optimistes et avancent des solutions pour sauver un secteur employeur et moteur du développement en terme d’infrastructures.

Trois problèmes

« Avec l’État, un plan multisectoriel d’urgence est en gestation. Les attentes des entreprises portent en premier sur les solutions touchant à la trésorerie, à travers la fixation de taux bonifiés et les garanties s’agissant de l’accès au crédit. Le second point consiste à attendre de l’État une prise de mesures comme l’octroi d’aides aux employés mis au chômage. En troisième lieu, le moment est venu pour voir les réalités traversées par les entreprises locales », affirme Hary Andriantefihasina, président du Sebtp. Une rencontre avec ces entrepreneurs a été proposée par le président de la République Andry Rajoelina, pour la semaine prochaine.

Affirmant avoir été sollicités lors des discussions autour du plan de mitigation prévu, à élaborer, afin de sauver l’ensemble du secteur privé de la crise sanitaire devenue automatique, les professionnels du BTP croient en une « rencontre avec la ministre responsable afin de voir l’aboutissement de la confection du plan multisectoriel ». La compétitivité des entreprises locales joue un rôle important dans le développement des infrastructures dans le pays.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Salama namako o,
    Angaha ny anareo ihany no ritra ny kitapombola e fa ny an’ny daholobe ary ny fanjakana dia eo fotsiny, tsianinotsianinona, manaloka be toy ny razana tsy hitahy, manampi-trotraka ara rehefa zohina. O ry « sondage capsule » a, mba miodikodina anie dia ho hitanareo e. Paosy kadradraka ny an’ny fanjakana, fampanantenana paokaty sy akosobolamena sa tapimaso lava izao. Fanaovana ny vahoaka tsinotsinona e.
    Mirongatra ny asa ratsy amin’ny endriny samihafa nohon’ny tsy fisiana (satria tsy fahampiana intsony fa tena tsy fisiana). mitohy ny fananganana etsy sy eroa fa izay maty dia maty!!!!
    Asio fiheverana ihany ry zareo a
    Mahereza namako o