Régions

Transport – Manque à gagner de cent millions ariary par mois

La saison haute débute au mois de juin pour le secteur du tourisme et du transport à Mahajanga.

La crise sanitaire due au Covid-19 continue de ravager différents secteurs économiques à Mahajanga Après le tourisme, le transport routier, en particulier pour les coopératives nationales et surtout pour le Transport première classe malagasy (TPCM) à Mahajanga est en train d’agoniser.

Le manque à gagner s’élève à 100 millions ariary par mois sur les chiffres d’affaires depuis le début de l’État d’urgence sanitaire, le 22 mars. Toutes les activités ont été arrêtées pour le premier transporteur de la catégorie Première classe à Mahajanga. Les bureaux sont fermés à Antananarivo, tandis qu’un service minimum est opérationnel pour les clients de Mahajanga. Les informations sont envoyées par mail uniquement.

« Depuis la fermeture de l’accès aux autres régions, en avril, les conséquences sont énormes et les dommages inestimables. Nos pertes et déficit s’élèvent à 95% par mois  », déclare Éric Razafimanitra, gérant de la société de TPCM à Mahajanga.

Celle-ci a encore des échéances à honorer auprès des concessionnaires pour l’achat de véhicules. « L’État n’a pas facilité les procédures et les opérateurs ont été occultés totalement durant cette crise. Nos trente employés sont livrés à eux-mêmes », déplore le gérant. Cette période est pourtant appropriée pour le démarrage de la saison. Mais aucune chance de reprise des activités n’est en vue, face à la prolongation des mesures de confinement dans les régions touchées par le Covid-19.

Les vingt cinq coopératives inscrites dans la gare routière nationale à Aranta ont également fermé leurs guichets depuis le 22 mars. Les liaisons nationales avec Analamanga, Antsirabe, Haute-Matsiatra, Androy et Vaingandrano sont suspendues depuis longtemps.

Deux cent cinquante employés de la gare routière (guichetiers, bagagistes, chauffeurs, propriétaires de voitures, gestionnaire de la gare routière) subissent l’impact de la crise à Aranta, soit un millier de personnes qui dépendent du secteur. La société de transport Cotisse de Mahajanga et Antanana­rivo n’est pas non plus épargnée par ce préjudice. Pour atténuer les dommages, le Groupe Impérial Tobacco a remis un don de dix sacs de riz aux employés de la gare routière, par le biais du CCO Boeny.

Les protocoles sanitaires et gestes-barrières sont impératifs pour les taxis-brousse, tels le port du masque, l’utilisation du gel désinfectant pour les mains ou lavage incessant avec du savon. Les véhicules doivent être désinfectés systématiquement tandis que trois passagers sont autorisés par banquette, et une seule place est disponible à côté du conducteur.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter