Editorial

Dignes et droits

Une métamorphose dans leur attitude. Taxés par les partisans du régime d’être des facteurs de blocage, à moins d’être des fauteurs de trouble, à la bonne marche de la gestion des affaires nationales, des sénateurs ont plutôt affiché une autre image des préjugés collés sur eux. Du moins lors du face-à-face avec le gouvernement. Ils ont posé, sinon déposé des questions aux membres du gouvernement conduits par le Premier ministre Christian Ntsay, avec tact et cordialité. Ils étaient moins belliqueux que les députés qui ont malmené le Secrétaire d’État à la gendarmerie, Richard Ravalomanana et le Garde des sceaux, ministre de la justice, Johnny Andriamahefarivo sur la notion complexe de flagrant délit.

Même Lalatiana Rakotondrazafy, ministre de la Culture et de la communication, une véritable poison pour le régime HVM, a été traitée avec égard. Elle a pu exposer, dans un silence de cathédrale, des aspects techniques et architecturaux du « Kianja Masoandro », dont la construction dans l’enceinte du « Rova » d’Antananarivo soulève une vive polémique, exacerbée par des visées politiques sournoises. Sur fond de clivages ethniques.

Les sénateurs ont ainsi adopté un autre style pour se faire entendre. Plus conciliant. Pas d’éclats de voix au palais de verre d’Anosikely, semble avoir été leur leitmotiv. Chemin faisant, ils ont élevé à un niveau plus intéressant. À l’instar de leur président, Rivo Rakotovao. Sans haine, ni acrimonie, en s’adressant au Chef du gouvernement, il a fait remarquer que le dossier relatif, souvent volumineux, au projet de loi rectificative de finances, LFR 2020, n’est pas encore acheminé sur le bureau des sénateurs. Ce qui ne saurait plus tarder avec la concertation élargie des dirigeants avec les opérateurs économique multisectoriels, prévue se tenir cette semaine.

Dans la foulée, il a aussi signalé qu’aucune précision n’a été apportée jusqu’à maintenant sur la ventilation et l’affectation des 444 millions de dollars des bailleurs de fonds, destinés à la lutte contre le coronavirus. Seuls les détails de leurs provenances ont été exhibés par le ministre de l’Économie et des finances, Richard Randriamandrato, sur le perron du siège de la Banque centrale à Antaninarenina. Par exemple, les 166 millions de dollars du Fonds monétaire international, FMI, ont été acquis au titre de la Facilité de crédit rapide, FCR. Les négociations avec cette puissante entité financière internationale, pour l’obtention d’un programme scellé sous le label de la FEC ou Facilité élargie de crédit sont en cours de finalisation.

Par la pertinence des interventions des sénateurs qui ont honoré leur rang, des ministres ont été contraints de faire des révélations. Comme celui de l’Aménagement du territoire et des travaux publics, Hajo Andrianainarivelo. Il a annoncé que l’Union européenne a donné son feu vert pour lancer l’appel d’offres international associé à la réhabilitation de la RN6. Inaugurée en grande pompe par Marc Ravalomanana en 2006, en piteux état aujourd’hui. Toutes les conditions requises sont désormais réunies pour tout recommencer.

En somme, les pensionnaires de la Chambre haute du Parlement, ont opté pour des discussions utiles. Il reste aux ministres qui y reviendront de donner des répliques à la hauteur d’une telle sagesse. Trop rare en ce temps de malentendus.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter