Régions

Commune Urbaine de Toamasina – La mairie confiée à un PDS

Un nouveau PDS est nommé à la Commune urbaine de Toamasina.

Le maire de la ville, Elysée Ratsiraka, essuie une double déconvenue. Non seulement il est évincé de sa commune urbaine mais il est aussi vaincu aux législatives.

La gestion des affaires courantes à la Commune urbaine de Toamasina est confiée à une délégation spéciale depuis le vendredi 31 mai 2019. Un arrêté émanant du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation a nommé un Président de la Délégation Spéciale (PDS) pour conduire cette mission jusqu’à l’élection d’un nouveau maire.
L’ancien président du conseil municipal de la Commune urbaine de Toamasina, Jean Christian Razafinimanana est désormais nommé PDS pour succéder au maire élu Elysée Ratsiraka. L’arrêté numéro 11 132/2019 a été notifié à ce nouveau responsable et son équipe samedi. Sans plus tarder, le PDS a rencontré le personnel de la mairie afin de présenter aux employés la décision du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation.
Le processus électoral s’est mal achevé pour le maire Elysée Ratsiraka après sa défaite aux législatives dans le district de Mahanoro. Rappelons que le maire élu sous la couleur Mapar à la municipalité en 2014 a cédé temporairement sa place pour conquérir un poste électif au sein de l’Assemblée nationale. La décision qui l’a éjecté de la mairie est tombée plus tard. Elysée Ratsiraka a déposé sa démission en raison de sa candidature aux élections législatives juste après la proclamation de la liste officielle des candidats retenus aux élections.

Vice de forme
Sa participation à la députation a été profitée par le président du conseil municipal pour dénoncer la vacance de poste au niveau de la préfecture de Toamasina. Depuis le départ du maire le 20 mars, les affaires à la Commune ont été confiées au secrétaire général. Mais, après la visite du président de la République dans la capitale Betsimisaraka durant la période de campagne électorale, la concrétisation de la décision s’est accélérée.
En termes de procédure, le préfet de Toamasina a saisi le Tribunal administratif pour constater la vacance de poste à la mairie. Le juge administratif s’est prononcé au détriment du maire en déclarant la nomination d’une délégation spéciale pour la gestion des affaires de la mairie le 10 avril.
D’une source avisée, la décision de nomination du PDS est entachée d’un vice de forme. L’arrêté numéro 11 132/2019 ne comporte ni la signature du ministre de l’Intérieur et de la décentralisation ni le visa du ministère des Finances et du budget. Seul le nom du ministre et le cachet administratif sont apposés sur le document suivis de la signature du secrétaire général du ministère.
L’entrée en fonction du PDS Jean Christian Razafinimanana comporte des zones d’ombre, selon certains employés, les autres responsables de la mairie n’ont reçu aucune notification de l’arrêté.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter