Accueil » Actualités » Madagascar – La Chine en premier investisseur
Actualités Economie

Madagascar – La Chine en premier investisseur

Depuis 2010, le nombre d’entreprises chinoises est en tête de classement des entreprises d’origine étrangère installées à Madagascar. Les sociétés françaises suivent de près.

La Chine est partout. Les statistiques publiées par l’Economic development board of Madagascar (EDBM) place l’Empire du milieu comme étant le premier investisseur à Madagascar. Le nombre de sociétés chinoises installées dans la Grande île occupe une part importante dans le classement des entreprises étrangères créées dans le pays. En 2015, sur les 484 entreprises étrangères créées, 168 sont chinoises, suivies de près par les entreprises françaises avec 110 nouveaux établissements.
Ces chiffres illustrent bien les intérêts de la Chine pour le pays. Les « made in China » ne cessent d’inonder le marché malgache. Le commerce, la santé, l’hôtellerie, la télécommunication, l’agriculture, les mines, le génie civil et bien d’autres sont autant de secteurs d’activités qui attirent les opérateurs chinois.
« En 2015, le volume du commerce bilatéral a atteint 668 millions de dollars, soit une augmentation de 35 fois par rapport à 1990. Aujourd’hui, le nombre d’entreprises chinoises venues investir à Madagascar est plus de 1400, dont le montant d’investissement est de l’ordre de 739 millions de dollars », avait déclaré Yang Xiaorong, Ambassadeur de Chine à Madagascar, lors de sa prise de fonction en avril.
Leader
À la lumière de ces statistiques, les entreprises chinoises se trouvent toujours en tête de classement durant les cinq dernières années.
En 2010, 210 sur les 553 entreprises d’origines étrangères installées dans le pays sont chinoises, pour 166 sur 470 entreprises en 2011. L’EDBM dispose, d’ailleurs, d’une antenne à Pékin, afin de mettre à disposition des investisseurs chinois toutes les informations utiles sur le climat des affaires à Madagascar.
« Notre mission est d’améliorer le climat des affaires à Madagascar afin d’attirer les investissements directs étrangers (IDE). Plusieurs offensives à l’international ont aussi été menées », soutient Eric Robson Andriamihaja,
directeur général de l’EDBM. Actuellement, plusieurs réformes sont entamées pour améliorer le climat des
investissements.

Lova Rafidiarisoa

Voir aussi