Accueil » A la une » Andohatapenaka I – Le feu rase une cinquantaine d’habitations
A la une Faits divers

Andohatapenaka I – Le feu rase une cinquantaine d’habitations

Le feu a causé d’énormes dégâts.

Un groupement d’une cinquantaine de maisons en sacs en plastique et en bois a été réduit en cendres dans la nuit de lundi à hier, à Andohatapenaka I. Une personne a mal maîtrisé son feu.

Un nuage de fumée et un embrasement se sont élevés du quartier d’Andohatapenaka I, depuis lundi minuit jusqu’à hier, à 2 heures du matin. Un incendie géant a en effet dévasté une cinquantaine de foyers en sacs en plastique et en bois.

Les maisons étaient construites près d’un immense dépotoir où des entreprises franches déchargent leurs débris. Elles se trouvaient d’ailleurs du côté au vent. Les gens du secteur vivent du triage de déchets.

Une fumée suffocante et des crépitements effrayants les ont réveillé. Ils sont sortis à la débandade et ont vu la fournaise en train de dévorer une case. Une série d’alertes est parvenue à l’Organisation de secours de Tsaralalàna.

Des sapeurs-pompiers sont intervenus avec leurs fourgons d’incendie. Les flammes en panache, visibles depuis plusieurs quartiers et la haute ville, se sont déchaînées et propagées très rapidement vers les autres maisons. La tâche des soldats du feu n’a pas été facile, même si le fokonolona leur a prêté main forte et travaillé d’arrache-pied en puisant les eaux d’un canal avec des seaux, des bidons et des cuvettes. Le brasier a atteint un entrepôt de bois.

Évacués

L’incendie n’a fait ni blessé ni mort, d’après les explications reçues auprès du fokontany d’Andohatapenaka I, attestées par la police du septième arrondissement.

« Une personne a brûlé des déchets cette nuit-là. Il n’a pas maîtrisé le feu », assène un policier. « Les sinistrés ont quasiment perdu la totalité de leurs biens. Des volailles et des cochons sont morts grillés. L’évaluation des dégâts est en cours. Les enfants et certains locataires ayant une mobilité réduite ont été évacués à temps », raconte-t-il.

« Les sinistrés se sont regroupés pour dormir dans la rue jusqu’au lever du jour. Le fokontany, le district et les autorités concernées par le service de population, ainsi que l’équipe de la Croix-Rouge, leur ont apporté des aides. Ils préparent leur relogement jusqu’à ce que tout soit reconstruit », indique le comité du fokontany.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter