Accueil » Economie » Energie – La centrale de Sahofika aux oubliettes?
Economie

Energie – La centrale de Sahofika aux oubliettes?

L’aménagement hydro-électrique de Sahofika semble stopper.

Que devient le projet d’aménagement hydroélectrique de Sahofika? La question attend toujours les réponses du gouvernement et de la Jirama. Au constat du blackout dans la capitale hier soir suite à des pannes au niveau d’Andekaleka selon la Jirama, la question sur les projets de nouvelles centrales hydroélectriques ne peut que revenir.

L’aménagement hydroélectrique situé sur le fleuve Onive à 130km au sud-est de la capitale au niveau d’Antani­fotsy, produira jusqu’à 1650 GWH par an et disposera d’une capacité installée de 200MW, livrés sur le réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA). Une des productions les plus importantes du pays car à elle seule, peut subvenir aux besoins de la Jirama et pourra approvisionner 8 millions de personnes.

Le projet a fait l’objet d’un appel d’offres international en 2016, le consortium NEHO (Nouvelle énergie hydroélectrique de l’Onive), a obtenu son permis environnemental en mars 2020. L’État est entre autres soutenu par le Fonds africain pour le développement (FAD), le guichet à taux concessionnel de la Banque africaine de développement (BAD) à hauteur de 4 millions d’euros dans le projet. La centrale est prévue être opérationnelle en 2024 mais jusqu’ici, le contrat de concession n’a pas encore été approuvé, tout comme le projet d’aménagement de Volobe.

La pandémie serait-elle la seule raison du blocage ? Que pensent les partenaires financiers de Neho qui lui ont accordé des garanties partielles de financement ? Que pensent les investisseurs sur les projets de transition énergétique à Madagascar en général avec ces projets d’aménagement qui n’aboutissent pas?

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter