Culture

Lecture en ligne – Deux nouveaux contes diffusés par des radios

Marie Michèle Razafintsalama, des Éditions Jeunes Malgaches, incite les enfants à la lecture.

Les Éditions Jeunes Malgaches, en partenariat avec la coalition des radios, ont mis en ligne deux nouveaux titres pour enfant. Au total, quatre œuvres divertissent les petits.

Ilay zaridaina » et « Ivonindrano sy Izavondrano », deux contes malgaches écrits par Arikaomisa Randria viennent grossir la liste des œuvres que les enfants de six à douze ans peuvent désormais suivre sur les ondes de cinquante radios dans la Grande île.

Après « Ny volon’i Cora », une œuvre brésilienne traduite en malgache par Veloniaina Rabakoly et « Ny hazo, ny rano, ary ny rivotra » de Jeanne Ralimahenintsoa, « Ilay zaridaina » et « Ivonindrano sy Izavondrano » de Arikaomisa Randria possèdent une version audio en ligne. Ces quatre contes en malgache serviront à divertir et à éduquer les élèves tout en restant à la maison.

« Les enfants ont grandement besoin de loisirs, en ces temps de confinement, et notre maison d’éditions s’est organisée dans ce sens. Il y a une semaine, nous avons conclu avec la coalition des radios un partenariat afin d’offrir des livres sonores aux enfants. Actuellement, cinquante radios dans toute l’île diffusent ces quatre titres pour la jeunesse. Ceux-là sont aussi disponibles en ligne sur notre page www.editions-jeunes-malgaches.mg », explique Marie Michèle Razafintsalama des Éditions Jeunes Malgaches.

« Nous remercions vivement la coalition des radios pour faire ces diffusions, et aussi les quatre auteurs d’avoir contribué gratuitement à ce projet », ajoute-t-elle.

Pas courant

Les Éditions Jeunes Malgaches possèdent treize titres disponibles en ligne sur son site en lecture gratuite. Ce sont des livres réalisés pour l’Unicef en 2008 et que la maison d’éditions a adapté en version numérique en 2015. Ils sont aussi disponibles en lecture gratuite sur le site Culturethèque de l’IFM.

« Le nombre de lecteurs reste faible mais c’est encourageant. Nos livres avec des droits d’auteur ne sont pas encore disponibles en numérique car nous devons protéger les droits d’auteur. Mais la loi y afférent n’a pas encore de dispositif de protection. Une grande partie de notre catalogue est déjà adaptée en version numérique mais nous attendons les opportunités pour les commercialiser », poursuit Marie Michèle Razafin­tsalama.

La lecture en ligne n’est pas courante à Madagascar car les gens n’en ont pas encore l’habitude. Actuellement, un vaste projet sur ce sujet se met en place, en collaboration avec l’Association pour la promotion du livre et l’écrit à Madagascar (APLEM), et en partenariat avec la commune urbaine d’Antananarivo. Ce sera une lecture sur tablettes et dans les écoles.

Les éditeurs sollicitent des aides au directeur de la Bibliothèque nationale à cause de cette situation d’urgence sanitaire. Beaucoup d’entre eux ont déjà des difficultés depuis la crise de 2009.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter