Accueil » Editorial » Apocalypse
Editorial

Apocalypse

Là croque-mitaine Batsirai est passé à La Réunion e t Maurice sans causer dégâts importants ni de pertes en vie humaine. Il est vrai que les îles voisines n’étaient pas dans l’œil du cyclone. Seule la queue de Batsirai les a effleurées. Évidemment, il y a eu une forte précipitation dans les deux îles mais comme elles sont aussi victimes d’un déficit pluviométrique depuis plusieurs années, les gentils cyclones sont les bienvenus pour reconstituer la réserve d’eau et alimenter la nappe phréatique. Les deux îles n’ont pas une lourde facture à payer, Batsirai n’était pas aussi dévastateur qu’on le craignait.

En revanche, l’œil du cyclone frappera Madagascar en plein cœur et traversera le pays d’un bout à l’autre. Si Batsirai ne baisse pas d’intensité au cours de son passage, les dégâts risquent d’être incommensurables. C’est d’autant plus certain, que contrairement aux deux îles, on n’a pas les moyens adéquats pour lutter à armes égales avec Batsirai. Avec la pauvreté de la population, la majorité des constructions ne résistera pas à des rafales de vent de 250 km/ heure. Même les bâtiments en dur ne sont pas à l’abri à cette vitesse. On se demande donc pourquoi le bon Dieu nous envoie cette tempête pour aggraver des conditions sociales déjà précaires, des conditions de vie innommables que vient de compliquer le cyclone Ana. On s’en serait bien passé. Mais il faudrait peut-être positiver et admettre que c’est un mal pour un bien. Les inondations ont montré l’ étendue de la bêtise humaine ou plutôt de certaines autorités complices des remblais dans et autour de Tana qui emprisonnent l’eau. Après le passage d’Ana, on attendait des discours fermes, des mesures radicales interdisant une bonne fois pour toutes les remblais mais il n’en fut rien. Des réunions spéciales ont été organisées mais elles ont accouché d’une souris.

Le bon Dieu serait fâché face à ce laxisme et il a décidé d’envoyer Batsirai pour accentuer la pression et contraindre les autorités à prendre leurs responsabilités. On peut ainsi imaginer que Batsirai rase toute la ville à l’image d’une bombe. On a qu’à tout reconstruire par la suite en respectant les normes et un vrai projet d’urbanisation. Faute de vouloir ou de pouvoir démolir toutes les constructions illicites, la nature se serait chargée de le faire pour pallier la défaillance des autorités. Il n’y aura ni procès ni dédommagement. Ailleurs, à Shanghai comme à Paris, la modernisation de la ville est passée par des démolitions.

Batsirai pourrait peut-être une chance. On pourra par la suite rebâtir une nouvelle ville sur les ruines de l’ancienne sans aller au diable vauvert et exproprier de force des paysans sans défense.

Sans cette purge naturelle, on voit mal comment Tana pourrait se développer avec le règne du désordre, de l’indiscipline et de l’anarchie. On aura beau construire un téléphérique, ce serait un encombrement de plus dans une ville où on marche déjà les uns sur les autres.

Rien n’arrive par hasard, tout est programmé. Même le rêve. Pincemoi.

Restez en sécurité.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter