A la une Social

Rajoelina à Ambatondrazaka – Relèvement par étapes des sinistrés

Le couple présidentiel apporte du réconfort et de l’aide aux victimes des inondations à Ambatondrazaka.

Le président de la République est allé au chevet des sinistrés du district d’Ambatondrazaka et Amparafaravola, hier. Il a donné une ébauche d’un plan d’aide aux sinistrés.

Un relèvement progressif. À entendre les explications de Andry Rajoelina, président de la République, hier, le redressement des sinistres causés par les intempéries d’il y a quelques jours, notamment, les familles victimes des inondations se fera par étapes.

Il a donné une ébauche de ce plan de relèvement lors de sa descente dans les districts d’Ambatondrazaka et Amparafaravola, hier.
« Nous sommes ici, non pas pour la communication, ou juste pour vous témoigner notre soutien, mais surtout, pour vous apporter de l’aide, vous appuyer pour que vous puissiez vous relever de ce sinistre. Cet appui ne se fera cependant, pas d’une seule traite. Le relèvement ne se fera pas du jour au lendemain, mais de manière progressive et avec un suivi constant des étapes franchies. Il pourrait durer quelques mois », a expliqué le locataire d’Iavoloha, s’adressant aux familles sinistrées.

Dans l’immédiat, selon le chef de l’État, la priorité sera donnée aux soins médicaux et à l’aide à l’alimentation. Des centres de santé mobiles ont donc, été déployés dans les zones sinistrées. La consigne présidentielle est que les soins y seront prodigués gratuitement, pareillement, pour la distribution des médicaments. Dans le cadre des réponses immédiates aux sinistres, des vi­vres ont été distribués aux victimes des intempéries.

Lors de cette descente présidentielle, l’avion cargo CASA de l’armée a été mis à contribution. L’armée de l’air a procédé à un largage aérien de médicaments, de vivres et de tentes à Amba­tondrazaka, l’aéroport local étant impraticable.

Les hélicoptères et les avions CESNA ont ensuite, pris le relais pour les transporter jusqu’aux localités difficiles d’accès par voie terrestre. « Il y a plusieurs besoins urgents, c’est pour cela que tous les moyens aériens sont mis à contribution », a déclaré Andry Rajoelina.

Délocalisation

Outre les mesures d’urgence que sont les soins médicaux et les vivres, le matériel de construction fait, également, partie des colis largués par l’avion CASA. La reconstruction des habitations endommagées, voire détruites par les intempéries est la prochaine étape du plan de relèvement esquis­sé par le président de la République, hier.

Toujours dans le cadre de la réponse au choc du sinistre, vraisemblablement, une enveloppe est mise à disposition par le Programme alimentaire mondial (PAM), dont le coordonnateur résident était de la délégation présidentielle à Ambaton­drazaka, hier, tout comme la représentante résidente de la Banque mondiale. La somme décaissée par le PAM sera destinée aux ménages les plus durement touchés par les intempéries. Elle devrait, en principe, aider à couvrir les besoins de ces derniers, durant un mois, en plus des vivres distribués.

À entendre les explications présidentielles, à moyen terme, le plan de relèvement prévoit une allocation financière aux agriculteurs, notamment. Tiré des 15 millions de dollars décaissés récemment par la Banque mondiale, en réponse au sinistre national déclaré par l’État, cet appui financier aux familles sinistrées servira à l’achat de semences pour relancer l’agriculture, entre autres et permettre aux sinistrés de reprendre le plus vite possible une vie normale.

Ce soutien décaissé rapidement par l’institution Bretton Woods, entre dans le cadre d’un dispositif de financement pour contrer les pertes récurrentes dans les pays fortement exposés aux catastrophes naturelles. Cet argent devrait servir à la délocalisation de certains sites d’habitation fortement exposés aux conséquences des catastrophes naturelles. À entendre les propos du chef de l’État, de nouveaux villages ou même de nouvelles villes seront alors, construits.

Outre Mahajamba ou Marovoay, dans la région Boeny, les districts d’Amba­tondrazaka et d’Ampara­faravola dans la région Alaotra Mangoro ont, également, été durement touchés par les inondations causées par les intempéries du mois dernier. La délégation conduite par Andry Rajoelina s’est rendue dans trois communes de l’Alaotra qui comptent le plus de sinistrés.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter