Accueil » Laconisme » Vœu..lerie
Laconisme Opinions

Vœu..lerie

L’année 2020 est morte, vive 2021. Tel serait le refrain de l’hymne qui célèbre le trépas d’un tyran qui a gouverné le monde par les chaînes qui ont garroté tous les pays en les privant de la liberté de mouvement, d’expression corporelle des sentiments, de faire la fête, … 2020 aura été la pire année du XXIe siècle. Ce qui donne à son enterrement une saveur particulière, plus délectable que d’habitude. La ferveur était plus chaude lors des messes de requiem de la soirée de la Saint-Sylvestre, comme en témoigne la sincérité qu’on sent émaner des SMS ou messages privés traditionnels qui saturent nos boîtes de réception à chaque premier jour de l’année. On a alors moins senti le parfum de la routine, qu’habituellement, ils exhalent.

Cette année, les vœux ont été légèrement défigurés: la crise sanitaire est passée pour effriter le masque de la simple habitude qui était devenu, au fil des années, l’aspect du rituel annuel qui fait naviguer nos doigts qui tapent les poncifs du nouvel an sur nos claviers. Pour une fois, les formules sont sorties des profondeurs où se noient les cœurs meurtris par les mois de confinement qui ont eu raison de nos ardeurs. Des âmes blessées qui s’envoient des vœux et ce sont les messages qui, pour une fois, gagnent en éclat. Les missives du nouvel an sont, fait rare, devenues des miroirs où se diffusent vraiment, pour une fois, les reflets de la vie actuelle, plongée dans un tunnel où domine l’incertitude mais où un désir est universel: sortir de ce tunnel qui engloutit tout le monde (riches, pauvres, …).

Mais dans ce tunnel, la distance qui nous sépare du bout est toujours inconnue. Sans plan précis à notre disposition, on se laisse mouvoir par les différents courants et les vents, favorables ou non, qui nous dirigent dans les différentes directions que l’avènement de la nouvelle année n’a, jusqu’ici, réussies à abolir. ainsi, une fois passée l’euphorie qui les a accueillis avec toujours le démon anesthésiant de l’ivresse, les débuts de cette année nouvelle nous livrent une leçon impi­toyable: « Rien de nouveau sous le soleil ». La volonté de concrétiser les différents vœux, qu’on s’est envoyés, est toujours écrasée par la pesanteur extrême du pessimisme.

Enterrer une année terrible tout en éprouvant de la joie, rien de plus normal. Mais pour l’instant, c’est le principe d’incertitude qui prévaut: l’année en cours ne s’est pas présentée avec les habits à même de rassurer ceux qui l’accueillent. Mais elle est là pour encore un bon moment et il n’est pas trop tard pour s’atteler à son relooking. Mais comment raviver la flamme de la volonté quasiment éteinte par la succession des dures années? Que peut-on encore espérer de nous quand on peine à exorciser la vœu…lerie endémique qui nous paralyse.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi