Accueil » Chronique » Cadeau
Chronique

Cadeau

Il y a des images qui donnent aussitôt le sourire. Comme celle de l’airbus 380 d’ana (all nippon airways) dont le fuselage affiche une inattendue, et très originale, livrée de tortue de mer bleue.

Cet appareil immatriculé JA381A s’était signalé pour avoir effectué un «Vol vers nulle part»: départ le 1er janvier 2021 à 6 h 25 de Tokyo, pour se poser à Tokyo deux heures plus tard, non sans avoir survolé le Fujiyama. Célébrer le nouvel an en s’envoyant en l’air: de 281 euros (côté couloir en classe Écono­mie) à 1005 euros (côté hublot en First).

Pour rallier Tokyo à Honolulu, la com­pagnie japonaise ana a prévu deux autres livrées très hawaïïennes pour habiller ses avions: «Ocean Emerald Green» et «Sunset Orange», toujours en déclinaison de la sympathique tortue qu’on avait pu voir dans nemo.

Notre Ravinala national ayant été transplanté un peu partout, son apparition sur les appareils d’air Madagascar n’est plus tout à fait emblématique, même s’il ne nous faut pas y renoncer au prétexte que d’autres pays l’ont usurpé. Ce qui n’est pas encore le cas des tortues Radiata ou du Maki (Lemur Catta): peindre nos avions (air Madagascar ou Tsaradia) à leurs couleurs serait une jolie manière de les inscrire dans notre mémoire avant que l’une ou l’autre espèce ne disparaisse à jamais, éteinte par la cupidité et l’invasivité propres à l’espèce humaine.

Autre idée, simplement commerciale celle-là, que de s’inspirer du concept de ces «vols vers nulle part»: les frontières peuvent être fermées, mais un tour de Madagascar par ses sites remarquables (la triptyque Tsaratanànaankaratra-andringitra; les lacs Alaotra-Itasy en passant par les lacs d’altitude du nord de l’Imerina; le massif du Makay et les Tsingy du Bemaraha; la ligne du partage des eaux selon qu’elles casca­dent vers l’Océan Indien ou s’étirent vers le Canal du Mozambique; etc.) ferait un joli cadeau de nouvel an.

Cadeau peu banal comme ce vol UA200: le Boeing 777-222 d’United airlines décolla de l’île de Guam le vendredi 1er janvier à 8 h 15 pour atterrir à Honolulu le jeudi 31 décembre à 19 h 20. Cela semble inconce­vable de prime abord, mais c’est justement ce qui en fait l’originalité et crée le besoin de sortir de l’ordinaire.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi