Magazine

Site – Ambalavao, sur la route du Grand Sud

Les chasseurs d’images retiennent surtout les maisons à varangue d’Ambalavao.

Du haut du Col de Vatoavo à une quarantaine de kilomètres de Fianarantsoa, le touriste découvre brusquement une plaine inondée de soleil, parsemée de villages, de bosquets d’eucalyptus et de vignobles. C’est celle d’Ambalavao capitale des tissus « arindrano » betsileo, parfois frangés de perles, et du papier antemoro que l’on dit plus beau que le papier « Japon ». Les chasseurs d’images retiennent surtout les maisons à varangue et l’animation du marché du mercredi. Les amateurs de vin s’intéressent, quant à eux, aux vignobles, et les randonneurs au large éventail d’excursions possibles.

En 2001- que c’est déjà loin !- Ambalavao voulut sortir de l’ornière en organisant une exposition financée par le Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’ambassade de France. La partie écotouristique de cette manifestation montrait les itinéraires dans un périmètre allant des portes du pays Bara à celles du pays Tanala. Plus rapprochées, sont dénombrées pas moins de cinq petites forêts primaires entre Ambalavao et Iarinandriana, blotties à flanc de montagnes. À ne surtout pas oublier, Ambalavao est le point de départ vers l’Andringitra et le Massif du Tsaranoro, qu’un grand constructeur automobile japonais a choisi pour la publicité mondiale de l’une de ses productions.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter