Régions

Mahajanga – Un millier de sinistrés dans une ville inondée

À Mahavoky-avaratra hier matin, les piétons avaient l’eau jusqu’au-dessous du genou.

La région Boeny est en alerte rouge et vigilance forte pluie. Depuis hier matin, un millier de sinistrés sont répartis dans plusieurs sites d’hébergement.

Cinquième jour de pluie à Mahajanga ! Le bilan est de nouveau alarmant et catastrophique pour les habitants des quartiers bas et près du vallon de Metzinger. Depuis hier matin, un millier de sinistrés, surtout des femmes et des enfants, sont logés dans plusieurs sites d’hébergement préparés par le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) de Mahajanga.

L’eau est même arrivée jusqu’à la poitrine dans la majorité des quartiers. Les habitations sont submergées et les meubles comme les lits ainsi que les appareils de réfrigération ont été installés sur des parpaings.

Les crues n’ont pas épargné les quartiers de Tsara­rano-ambany, Tsararano-anosikely, Ambalavola, Aranta, Mahavokyavaratra, Fiofio dont plus de 90% de la population sont sans-abris car la plupart habitent autour du vallon, et tant d’autres fokontany comme le pont Fitim. Le niveau de l’eau a atteint deux mètres à Fiofio, d’après le chef du fokontany, hier matin. L’eau est sortie de son lit au Vallon de Metzenger et a submergé tous les quartiers riverains. La circulation des véhicules et taxis-motos ou tricycles a été interrompue à Tsararano ambany, au pont Mady, car l’eau y a aussi débordé.

Les écoles occupées
Les sans-abris sont provisoirement logés à l’école primaire publique de Fiofio pour les habitants de ce fokontany, à celle de Tsara­mandroso, dans les écoles privées et dans la maison des jeunes Macwa d’Ambalavola. « Nous avons évacué la plupart des sinistrés très tôt hier matin, mais d’autres ont préféré attendre craignant pour la sécurité de leurs biens. Quatre vedettes, deux pirogues et des camions militaires sont mis à leur disposition pour les transporter jusque dans les sites d’accueil », explique le coordonnateur du BNGRC. Les gendarmes ont également participé à l’évacuation des réfugiés.

Depuis jeudi soir, la pluie n’a cessé de tomber, accompagnée de foudre et d’éclairs. Le déluge a continué hier sans interruption, bien qu’une éclaircie de trente minutes ait été constatée dans la matinée.
En fait, les canaux d’évacuation bouchés sont l’une des raisons principales de cette inondation à Mahajanga.