Politique

Élections communales – Les PV pour Toliara I tardent à venir

Étonnant. Les plis de procès verbaux émanant des bureaux de vote de Toliara I arrivent à compte goutte au gymnase de Toliara où est basée la structure ad hoc de la Commission nationale électorale indépendante (CENI) pour l’ex-province de Toliara. Les cent-trente sept bureaux de vote du district de Toliara I n’ont pas encore acheminé tous les procès verbaux alors qu’ils ne se trouvent pas à des endroits éloignés du gymnase, mais situés dans la commune urbaine de Toliara. Selon la présidente de la structure ad hoc pour l’ex-province de Toliara, la commissaire électorale nationale, Maria Sylvie Rahari­narivonirina, « tout est encore dans les temps », même si des plis en provenance des bureaux de vote de Maha­vatse, Betania ou encore Anketa ne sont arrivés qu’hier après-midi. « Dans un souci de bien faire, la présidente de la Section de recensement des matériels de vote (SRMV) a été méticuleuse. Elle a en effet remarqué que certains PV de comptage pour les élections des maires et des conseillers communaux s’entremêlaient, que certains PV même n’ont pas été dressés dans les normes. Elle a alors décidé de revérifier et de revoir un à un les bulletins de vote dans certains bureaux de vote, et cela a pris du temps », explique-t-elle. Toutefois, il n’y a pas lieu de paniquer car la structure a encore au moins jusqu’au 15 décembre pour sortir des résultats partiels officiels. Ce n’est donc pas une question de proximité géographique même si la commune d’Efoetse, située dans le district de Toliara II, et d’où il faut prendre des pirogues à partir de Salary, a réussi à remettre tous ses plis, vendredi.

Lacunes

Ces faits démontrent le manque cruel de moyens dont dispose la CENI dans l’organisation d’une double élection. « Les formations des délégués des bureaux de vote n’ont pas suffi, sans parler du manque de moyens de communication, preuves de ces retards d’acheminement des plis », reconnaît Naudé Gaston Michel, président du Comité électoral de district (CED).

Par ailleurs, l’abstention a également été au rendez-vous. 21, 52% en moyenne, avec 150 votants sur 716 inscrits dans un bureau de vote par exemple. « Ceci s’explique par une méconnaissance ou le manque de confiance envers les candidats. Il y eut un manque flagrant d’éducation électorale, une mission qui revient principalement aux candidats eux-mêmes qui avaient presque un mois pour persuader les électeurs », avance Saribikane, un représentant de l’Observation des élections Safidy. En attendant, le candidat déclaré provisoirement en deuxième position pour Toliara I, Roméo Achille Ratsimbazafy, détenant 32,72% sur les 92 bureaux de vote traités, dénonce des irrégularités telles l’ouverture d’un bureau de vote au fokontany de Kihembe-haut sans la présence d’un représentant du candidat, ou encore un chef fokontany qui envoie un autre représentant chez l’épicier, qui, au retour découvre une urne remplie en quelques minutes. Pour l’heure, le candidat Sidison Dédé est en tête avec 50, 63 % des voix.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter