Régions

Diana – Le projet Kobaby pose ses prochains jalons

Les aires protégées de la région Diana bénéficient du soutien du projet Kobaby. Celui-ci assure la protection des écosystèmes tout en améliorant les conditions de vie des populations riveraines.

Prendre soin » ou « protéger ». C’est ce que signifie, en dialecte du Nord, le terme Kobaby. C’est un projet dédié au renforcement des aires protégées comme pivots du développement de la région Diana et du développement territorial.

Une subvention de l’Agence française de développement et une contribution de l’État permettront d’appuyer la gouvernance et la gestion des aires protégées de la région. Il s’agit de s’assurer d’une meilleure protection des écosystèmes tout en améliorant les conditions de vie des populations riveraines. Le financement alloué aux activités de développement est plus important que celui alloué à la conservation. La durée du projet est de cinq ans.
À travers ce projet, la direction régionale du ministère de l’Environnement et du développement durable de Diana veut contribuer à une démarche de développement territorial alliant structuration/renforcement de la gouvernance et de la gestion de neuf aires protégées, protection des écosystèmes terrestres et marins, et amélioration des conditions de vie des populations.

Durant ses douze mois d’existence, le projet Kobaby a connu des hauts et des bas. Beaucoup de choses ont été déjà réalisées, mais nombreuses restent à parfaire. C’est pourquoi, son comité de pilotage a tenu sa deuxième réunion, la semaine dernière à l’Hôtel de la Poste, Antsiranana. Elle a eu pour objectif la validation multi-secteurs et multi-acteurs du Rapport d’activités mises en œuvre, du Plan de travail annuel et budget des futures activités 2020.
Au terme de cette réunion, le rapport d’activités réalisées jusqu’en juin 2019 a été également validé, les problèmes et contraintes dans l’exécution des activités jusqu’en octobre 2019 ont été partagés et discutés pour mieux asseoir la mise en œuvre du Plan de travail et budget des activités de 2020.

Outils innovants

« Fort de ses douze mois de présence, le projet Kobaby estime disposer d’une plus grande connaissance du milieu afin de mieux asseoir les stratégies de mise en œuvre de ses activités qui s’orienteront essentiellement sur le renforcement de la gouvernance et de la gestion des aires protégées, l’intensification de la cogestion des aires protégées », souligne Hanta Rabetaliana, coordonnatrice du projet Kobaby.

La promotion d’outils innovants de gestion de ces aires protégées, tels que le suivi satellitaire de la déforestation et des feux, l’utilisation de drone, l’actualisation des documents de gestion des aires protégées et des connaissances sur la santé écologique de ces dernières, figure parmi les réalisations déjà en marche et à prioriser l’année prochaine.

En outre, Kobaby projette une approche intégrée et multi-acteurs des activités par une extension de sa zone d’intervention dans les paysages de mangroves, des zones de restauration de paysages et de forêts prioritaires pour la Diana, ainsi que la priorisation des zones d’intervention dans les communes, au niveau de la gouvernance locale.
La réunion du comité de pilotage s’est terminée par des visites sur sites de quelques réalisations du projet.