Accueil » A la une » RÉVOLUTION INFRASTRUCTURELLE : L’autoroute Tana-Toamasina en chantier
A la une Politique

RÉVOLUTION INFRASTRUCTURELLE : L’autoroute Tana-Toamasina en chantier

La signature de l’accord qui marque le lancement des travaux de construction de l’autoroute reliant Antananarivo et Toamasina aura lieu ce jour au palais d’Etat d’Iavoloha.

C’est un rêve qui devient réalité. Com­me promis par le président Andry Rajoelina, la construction de l’autoroute reliant Antananarivo-Toa­masina va pouvoir démarrer avant la fin de l’année. Selon notre information, la signature de l’accord entre l’État malgache et l’entreprise égyptienne SAMCRETE qui va assurer la réalisation des travaux aura lieu ce jour au Palais d’État d’Iavoloha. C’est un évènement qui revêtira d’une dimension historique à plusieurs titres pour le développement de Mada­gas­car. D’abord, il s’agit de la première autoroute qui verra le jour à Madagascar et puis, elle va apporter une véritable révolution économique en rapprochant Anta­nanarivo, la capitale politique de la Grande île et Toamasina, la capitale écono­mique et poumon de Madagascar.

Lorsque cette autoroute sera achevée, elle va changer de manière significative la vie des Malgaches, particulièrement ceux d’Antana­narivo et de Toamasina. Les 260 kilomètres qui relient les deux villes se feront désor­mais en deux heures et trente minutes en roulant à 100 km à l’heure en moyenne.

La réduction de la durée du trajet entre les deux villes va faire baisser le coût de transport de marchandises des milliers de camions qui font le va et vient chaque jour entre les deux villes pour ravitailler le pays.

Fierté

Ce qui va certainement réduire le coût des produits de première nécessité qui arrivent sur les étals des détaillants. Elle va également soulager la Route nationale 2 qui se dégradent très rapidement à cause de l’intensité du trafic et le surcharge des camions.

Bref, cette autoroute Antananarivo-Toamasina sera une véritable fierté nationale pour les Malgaches. Elle est financée entièrement par l’État malgache, donc l’argent des contribuables, à hauteur de 250 millions de dollars. Sa réalisation sera également une véritable prouesse technique et technologique compte-tenu du relief accidenté de ce versant est du pays. Voilà justement, d’ailleurs, l’État a été particulièrement exigeant et attentif dans la sélection de l’entreprise qui va réaliser les travaux.

Le ministre des Travaux publics, Jerry Hatrefindrazana, s’est d’ailleurs rendu personnellement en Égypte pour constater de visu les capacités de l’entreprise Samcrete qui est en charge des travaux.

5 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter