Accueil » Editorial » Moto dead act
Editorial

Moto dead act

Des morts de plus, des morts de trop. Hélas, seuls les morts auront retenu la leçon, les vivants vont encore mourir d’accident de moto. Le week-end a été particulièrement sanglant sur les routes. Le bilan a été assez lourd avec quatre victimes de la circulation. Elles ne seront pas malheureusement pas les dernières. Tous les jours, les motards jouent à la roulette russe. Soit c’est de leur faute, soit c’est de la faute des taxi-be ou d’autres chauffards. Le fait est que les motos sont à la fois un danger pour elles mêmes et pour les autres usagers. Elles sont de plus en plus nombreuses et ne respectent aucune règle de la circulation. Les motards vous doublent à droite comme à gauche, vous surprennent dans un sens interdit, vous coupent sans crier gare, vous heurtent par derrière sans avertir ou se retrouvent sous vos pneus…

Dès qu’on sort de la maison, on s’apprête à se retrouver dans un de ces cas. C’est immanquable. Avec un peu de chance, on évite la garde à vue à la gendarmerie ou à la police.

Les motards sont de plus en plus nombreux, embouteillages obligent et de moins en moins civilisés. On se demande qui a eu l’idée saugrenue de dispenser de permis de conduire les motos de moins de 50 cc. Comme si à cette cylindrée, les accidents n’arrivent jamais alors que les risques sont les mêmes quelle que soit la cylindrée du véhicule, du moment qu’on circule dans le même réseau.

Pour les dégâts et pour sauver les futurs martyrs de l’indiscipline, les sensibilisations ne suffisent plus. Cela fait longtemps que cette méthode a perdu son efficacité. Quand on sait qu’à l’image d’autres domaines, toute tentative de sensibilisation se heurte à une désobéissance civile d’une communauté qui ne veut plus se soumettre à aucune autorité, qui est imperméable à toute réforme et discipline. Il est temps d’employer les grands moyens, d’exiger un permis de conduire à tout usager de la route , de supprimer les catégories de véhicules dont la conduite ne nécessite pas un permis de conduire, d’interdire aux mineurs de conduire une moto…

Cela va faire jaser à l’image des amendes contre les chiens qui aboient en voyant leur ombre, mais la situation est telle qu’il faut empoigner le problème à bras le corps. Quand il faut une amputation pour guérir le mal, on ne va pas gaver le malade avec du paracétamol.

On en est à une situation où il faut faire la part du feu. Il faut exterminer la race des moto dead act pour sauver ceux qui veulent vivre et circuler selon les règles convenues. Autrement, on finira tous par y passer.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi