A la une Faits divers

Antanety Ambohimanarina : Une femme retrouvée morte dans une chambre

Le corps sans vie d’une femme d’une trentaine d’années a été découvert, hier vers 8h, dans une chambre à Antanety sud Ambohimanarina.

Corps inanimé dans une chambre d’hôtel, à Antanety sud, du côté d’Ambohimanarina, tôt hier. Il s’agit d’une femme apparemment d’une trentaine d’années, étendue sur le lit, à plat sur le dos, selon les informations de la police du commissariat de la sécurité publique du sixième arrondissement. Elle était toute vêtue de noir. Ses chaussures ont été laissées au sol.

« Cette victime serait une prostituée », comme l’a supposé la police venue la constater. Le matin, elle est venue à la chambre avec un homme. Ils se sont enfermés à l’intérieur pendant quelques minutes où personne n’a rien entendu ni vu. Puis, le quidam est reparti sans laisser la moindre trace susceptible de le retrouver, tandis que la femme n’est pas sortie. De son côté, le laquais devant libérer la chambre pour refaire le lit n’a pas pu attendre et est allé voir cette cliente. C’est là qu’il l’a aperçue inerte sur le matelas.

Indices

La police d’Ambohima­narina a été alertée vers 8 heures et s’est diligentée sur les lieux pour dresser le constat avec la brigade criminelle (BC) accompagnée de la police scientifique et techni­que. À première vue, aucune trace de blessure ni de violence n’a été relevée sur le cadavre. La pièce est restée bien rangée à l’arrivée des forces de l’ordre. Les enquêteurs ignorent encore si des objets avaient été dérobés sur la présumée courtisane ou pas. Qui
plus est, celle-ci n’est pas identifiée.

Le responsable et la camériste ont déjà été interrogés par les fins limiers par rapport à ces faits macabres. Les éléments de la BC étaient toujours présents sur place vers 16 heures pour continuer à passer au peigne fin la turne et pour glaner tous les indices nécessaires à l’enquête.

Jusqu’ici, les résultats des constatations en possession de la police ne permettent pas de déterminer de suite la véritable cause du décès ni d’établir ce qui s’est réellement passé. Du coup, une autopsie devrait être pratiquée.
Des agents du bureau municipal d’hygiène ont été appelés à se rendre à Anta­nety sud pour récupérer la dépouille de la défunte. Ils l’ont transférée à la chambre mortuaire de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andria­navalona (HJRA).