Actualités Faits divers

Prison d'Ambatondrazaka – Libération de détenu contre payement

Un détenu a été arrêté pour banditisme. Celui-ci a indiqué qu’un agent pénitentiaire l’ autorise à sortir contre le versement hebdomadaire de 200 000 ariary.

Un acte impensable. Reheri­manana, un détenu de la maison centrale d’Ambaton­drazaka, né en 1987, a été appréhendé avec l’un de ses comparses par les forces de gendarmerie. Un agent pénitentiaire est accusé de perception périodique de fonds contre sa remise en liberté.
Le duo criminel a été suivi à la trace lorsqu’un acte de banditisme a été perpétré le mardi 19 septembre vers 4 heures du matin, à Antanandava , dans la zone limitrophe Nord-Ouest du district. Neuf têtes de bovidés ont été dérobées. En arrivant à Vohitsara au terme d’une poursuite engagée depuis près d’une dizaine d’heures, les fuyards avec leur butin sont tombés dans les mailles des filets des gendarmes. Le troupeau a été récupéré en totalité et les deux individus pris vivants. Ces derniers étaient en possession d’armes blanches et de grigris lorsqu’ils se sont fait cueillir.

Citation
Lors d’un examen de situation effectué par la gendarmerie, il se serait avéré que l’un des individus appréhendé, âgé de trente ans, était un détenu de la prison d’Ambatondrazaka. Le quidam aurait encore une peine à purger sans avoir bénéficié d’une remise en liberté officielle. Il a incriminé un agent pénitentiaire de la maison centrale d’Ambatondra­zaka. Il dénonce celui-ci comme étant son complice. D’après ses accusations, le fonctionnaire de l’administration pénitentiaire l’aurait autorisé à sortir de la prison sur simple accord verbal, contre le versement hebdomadaire d’une somme de 200 000 ariary.
Le parquet d’Ambaton­drazaka a été informé de ce subterfuge. La semaine passée, le tribunal a prévu la citation de l’agent incriminé. Joint au téléphone, le directeur régional de l’administration de l’Alaotra Mangoro a indiqué que la gendarmerie lui aurait effectivement fait part de cette affaire.
«Raherimanana a déjà purgé sa peine. Les accusations qu’il porte n’ont rien d’étonnant. D’ailleurs, 90% des anciens détenus arrêtés pour récidive ne se gênent pas pour salir l’image de l’administration pénitentiaire lorsqu’ils se font arrêter», tonne le directeur régional de l’administration pénitentiaire.
Pour ce qui est de la situation carcérale du détenu, le résultat d’un recoupement auprès du tribunal est attendu. À Ambatondrazaka, le troupeau volé a été restitué au propriétaire.

Seth Andriamarohasina