A la une Actualités Politique

Épidémie – Le Premier ministre accable les communes

Les autorités sont fortement critiquées sur la gestion de l’épidémie de peste. Le Premier ministre, lui, enfonce les communes.

Prenez vos responsabilités. Une phrase lancée hier par Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, à l’endroit des communes. Fortement critiqué dans sa gestion du début de la saison pesteuse, le gouvernement, par le biais de son chef, oriente les canons de l’opinion publique vers les autorités communales.
Une manière de se délester d’une partie des responsabilités, probablement. Questionné sur l’état des lieux de l’épidémie de peste, le locataire de Mahazoarivo a rappelé que les communes avaient également leur rôle à jouer dans les préventions et la lutte. « Prenez vos responsabilités, nettoyez vos villes. C’est pour cela que la population vous a élus à votre poste. Ne vous cachez pas derrière
l’État central. Que chacun, à son niveau, prenne ses responsabilités », a-t-il fulminé hier, en marge de la célébration de la fête nationale allemande, à Ambatoroka.
Répliquant au Premier ministre, Marc Ravalo­manana, conseiller spécial du maire de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), a demandé à ce que l’État central mette à disposition des autorités communales les subventions qui leurs sont dûes. « Je l’ignore pour les autres communes, mais je peux affirmer que celle d’Antananarivo n’a reçu aucune subvention jusqu’ici. Nous voulons travailler, mais donnez-nous les moyens et la latitude nécessaire », a déclaré l’ancien Président.
Anticipant la question concernant la gestion des ordures qui s’amassent dans les quartiers de la capitale, le conseiller spéciale de son épouse, Lalao Ravalomanana, a souligné que le Service autonome de la ville d’Anta­na­narivo (Samva) est sous la tutelle du ministère de l’Eau. Un dossier que l’ancien chef d’État maîtrise, étant donné que c’est sous son mandat que cette entité chargée de la collecte des déchets d’Antananarivo a été mise sous la houlette du département ministériel.

Amorphes
Le gouvernement est, depuis plusieurs jours, fortement critiqué pour sa timide réaction face au début de l’épi­démie. Le déploiement massif des éléments du Samva pour la collecte des ordures d’Antananarivo, annoncé par le Premier ministre samedi, ne semble toujours pas suivi d’acte.
Il ne joue, du reste, la transparence sur le sujet que depuis peu. Les autorités communales, pourtant, n’en sont pas moins amorphes. La première magistrate de la capitale, par exemple, a disparu des radars.
Comme le prévoit la loi sur le statut particulier de la capitale, la CUA est chargée de l’assainissement et de l’hygiène. Deux domaines dans lesquels les autorités de la Ville des Mille semblent avoir des difficultés depuis plusieurs mois. La majorité des quartiers d’Anta­nanarivo se noient dans l’insalubrité. Le conseiller spécial du maire de la capitale met en avant l’insuffisance de moyens.
Un calvaire du dirigeant local qui a déjà été de mise durant la Transition, par exemple. Malgré l’anarchie de cette période, les autorités communales ont su maîtriser la saison pesteuse. Avec un large réseau dans les Fokontany, la CUA a les moyens humains de mener des sensibilisations de prévention.
Tout comme le gouvernement, la CUA, elle aussi, a tardé à réagir d’une manière franche contre les risques de propagation de la peste. La mobilisation des habitants à un grand nettoyage dans les quartiers n’a démarré qu’à la fin de la semaine dernière.
Ce n’est qu’hier, par ailleurs, que les autorités de la capitale ont publié un communiqué de presse indiquant qu’elles comptent prendre des mesures drastiques, pour l’assainissement de la ville et contre tous ceux qui ne respectent pas l’hygiène de la ville. La situation actuelle pourrait, cependant, révéler l’absence de synergie entre l’État central et les autorités communales, particulièrement, à Antananarivo.
Lorsque le ministère parle de saison pesteuse, cela implique que les dangers sont prévisibles. Une collaboration sur des mesures préventives aurait alors été possible, voire nécessaire lorsque les administrés sont majoritairement inconscients, inciviques et malpropres.

Garry Fabrice Ranaivoson

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Zany tokoa ilay hoe ny mamo indray no miantso polisy !!!!!
    Ny fako dia andraikitry ny « SAMVA » fa tsy ny CUA velively, ny SAMVA dia iandraketin’ny Ministeran’ny rano, ary ny MINISITRIN’NY RANO dia eo ambany fahefan’Igahy praiminisitra solonandasana !…

  • inona moa izany no andraikitry ny gouvernement sa mbola variana @zavatra hafa. épidémie ange io fa tsy hoe aretina tsy misy dikany e. Izany hoe izay manana fahefana dia tokony mikarakara. Tsy fotoana hiresahana intsony fa tokony manao izay tokony atao. Vahoaka mijaly no maty (sa izay no vahaolana kendrena?).
    Mieritrereta!