Actualités Culture

CCESCA Antanimena – Henri Ratsimbazafy et Voahirana éblouissent leur auditoire

Lumineux et auréolés d’une grâce qui leur est propre, les concerts de Henri Ratsimbazafy et Voahirana ce week-end ont conquis les mélomanes venus nombreux les retrouver au CCESCA Antanimena, dans la soirée du vendredi et hier après-midi. Tel un véritable couple sur scène, ils enchantent toujours autant, par leur chanson et leur taquinerie avec cette série de concerts qui s’intitule « Prends-moi la main! ».
Des concerts qui furent surprenants et qui se sont joués à guichets fermés. De nature sobre et modeste, Henri Ratsimbazafy et Voahirana ont opté pour le thème noir et blanc à l’occasion pour sublimer la scène. Chaque concert s’est divisé en trois parties bien distinctes. Avec plus de huit décennies au compteur, Henri Ratsimbazafy reste toujours aussi débordant d’énergie et de dynamisme, il a entamé, comme à l’accoutumée, la première partie d’une main de maître. Enchaînant ses plus grands tubes comme « Vola », « Ny lehilahy » et « Lamba blanc », qu’il a égayés de quelques pas de danse timides.
Toujours aussi charmeur et proche du public, Dear Henri invita une jeune femme sur scène pour jouer avec lui la saynette de son fameux
« Fiara an-dalamby » qui emballe le tout CCESCA Antanimena.
Voahirana n’est pas non plus en reste et conquiert aussi à sa manière le public dans la seconde partie avec ses chansons comme « Veloma doria » ou encore « Tsy hanelingelina ». Ceci dit, le public avait surtout hâte de revivre le duo et se laissait envoûter par les morceaux tels que « Taiza » ,retranscrivant cette fameuse scène de ménage qui ravit toujours autant le public.

A. P. R.