Accueil » A la une » Morondava – Un Français et deux Malgaches tués par balle
A la une Faits divers

Morondava – Un Français et deux Malgaches tués par balle

La carte de résident du Français tué.

Agopian Patrick Joseph, un citoyen français résidant à Ankijabe Morondava, a été exécuté de deux balles par des dahalo, hier. Deux autres morts ont été signalés.

L’insécurité ne cesse d’empirer dans le Menabe. Trois pertes en vie humaine ont été déplorées, tôt hier, à Ankijabe Bemanonga, situé à 35km de Morondava. Il s’agit d’Agopian Patrick Joseph, un Français de 67 ans, propriétaire d’une ferme d’élevage caprin et bovin, directeur de la société PSAM SARL. Les deux autres personnes tuées sont un agent de sécurité villageoise et un dahalo.

Il est 5 heures du matin, une cinquantaine de dahalo équipés de fusils de chasse ont investi la propriété du résident français. Celui-ci a ouvert le feu dès qu’il les a vus s’approcher. Un échange de tirs a alors éclaté. Les assaillants l’ont touché. Il a reçu une balle dans la tête et une autre dans le ventre.

Deux «Jama» ou agents de sécurité et de défense du village ont à leur tour affronté les criminels. Ils en ont abattu un. Malheureusement, l’un d’eux a ensuite été frappé par les projectiles et a succombé.

Poursuite

La horde de dahalo a emmené cent cinquante-et-un boeufs. Elle s’est dirigée vers l’Est, dans le district de Mahabo après avoir traversé la rivière de Kabatomena. Le Français ne pouvait être évacué qu’après son départ. Il n’a pas survécu à ses blessures. Son corps sans vie a été déposé à la chambre mortuaire du centre hospitalier de Namahora, dans la ville de Morondava.

Le commandant du groupement et celui de la compagnie de la gendarmerie de Morondava ont mené la poursuite avec leurs hommes. Ceux du poste avancé d’Analaiva et de la brigade de Mahabo ont été sollicités de quadriller la zone. Les gendarmes du centre spécial d’aguerrissement opérationnel (CSAO) de Malaimbandy et les militaires de la zone de défense et de sécurité (ZDS) de Tsiribihina ont été appelés à renforcer l’opération.

Pour leur part, les forces d’intervention de la police nationale (FIP) ont rejoint Ankijabe, le lieu du crime, pour rétablir la sécurité.

Des sources au sein du corps médical révèlent que le sexagénaire a été leur cinquième patient victime d’insécurité. Depuis la veille, quatre autres ont été reçus l’un après l’autre, devant subir une intervention chirurgicale.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter