Accueil » Régions » Mahajanga – Noyade d’un enfant de 14 ans
Régions

Mahajanga – Noyade d’un enfant de 14 ans

Le drame a eu lieu au village touristique à Antsahabingo mardi après-midi.

Il ne se passe un jour sans qu’un drame ne se produise à Mahajanga. Un jeune garçon de 14 ans a trouvé la mort, suite à une noyade survenue mardi après-midi vers 14h à Antsahabingo, au village touristique, au niveau de l’embouchure.

« Ils étaient trois garçons à nager dans la mer et la marée était basse. Croyant qu’ils pouvaient rejoindre à la nage l’autre plage, l’un d’eux était parti en premier et a réussi. Puis, le petit Marco, âgé de 14ans, avait suivi. Mais son copain l’a prévenu de ne pas plonger dans l’eau car il a senti dans ses pieds une grande crevasse. Trop tard, il a déjà été englouti et a disparu », a raconté sa tutrice.

Les deux garçons ont demandé de l’aide, deux pêcheurs sur place ont confirmé qu’il était trop tard. Leur copain n’apparaitrait plus vivant.

Les baignades et les plages sont interdites depuis l’état d’urgence sanitaire à Madagascar. De plus les baignades au village touristique et à Antsahabingo sont formellement interdites. Mais les enfants ne sont pas suivis par leurs parents et s’échappent toujours.

La victime habitait loin de cette plage. Le contrôle parental et l’éducation des enfants laissent à désirer à Mahajanga. Les violences physiques et sexuelles sont les lots du quotidien des petits innocents.

Pas plus tard que lundi, un message a été envoyé sur une émission matinale d’une chaîne télévisée locale, qu’une petite fille de 4 ans a été brûlée avec de l’eau bouillante. Le responsable au niveau du fokontany a pourtant démenti la rumeur, qu’il s’agit d’un accident domestique. La voisine qui était chargée de la surveillance de la petite victime a expliqué que cette dernière était tombée dans une marmite et s’est brûlée aux fesses. La mère, vendeuse de poisson, laissait sa fille aux soins de la voisine. Tandis que le père était en train de dormir, le jour de l’accident. La brûlure a été au second degré selon les informations recueillies. Finalement, tout était rentré dans l’ordre.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi