Actualités Océan indien

La Réunion – L’éclipse vécue dans la liesse

À l’image des autres îles de l’océan Indien, La Réunion a accuelli l’éclipse annulaire dans  la ferveur populaire. Un évènement mémorable.

«Je voulais voir ça puisque même mes filles seront trop vieilles dans 200 ans pour voir la prochaine»: Lunettes spéciales sur le nez et yeux rivés au ciel, toute La Réunion ou presque a vécu jeudi au rythme de l’éclipse annulaire, sur la plage, au bord d’un étang ou sur le littoral, parfois en musique.
Des milliers de personnes ont observé le phénomène visible surtout le long du littoral de l’ouest et du sud de ce département français de l’océan Indien.
Près de trois mille personnes, les yeux protégés par des lunettes filtrantes, se sont ainsi rassemblées sur les berges de l’Étang du Gol où l’observatoire astronomique des Makes avait implanté un Village de l’éclipse.
Aux côtés de scientifiques et de chasseurs d’éclipse du monde entier, les Réunionnais ont profité du phénomène, La Réunion étant l’une des rares régions au monde où l’éclipse était la mieux visible.
«Nous avons fait le voyage depuis Paris avec mon épouse», explique René. «Notre fils est installé à La Réunion et nous avons fait d’une pierre deux coups : lui rendre visite et assister à l’éclipse. C’est extraordinaire ce spectacle».
Pour Jérémy Grondin, venu de Saint-André (Est) avec ses filles de 7 et 9 ans, il était primordial d’être là. «Le maire a fermé les écoles, alors on est venu ici puisque l’éclipse n’est pas bien visible de l’Est. Je voulais voir ça puisque même mes filles seront trop vieilles dans 200 ans pour la prochaine éclipse».
Cris de joie
Par centaines, d’autres personnes ont assisté au phénomène sur les plages de l’Etang-Salé (sud) ou de Saint-Leu (ouest) ou encore sur le littoral de Saint-Denis, chef-lieu de l’île.
Sur l’Etang du Gol, la liesse a atteint son apogée après un décompte lancé au micro par un scientifique de l’observatoire et repris par la foule, lorsque est apparu «l’anneau de feu»: le signe que la lune est exactement devant le soleil, sans pouvoir totalement le recouvrir puisque son diamètre est inférieur à celui de l’astre solaire.
Il était alors 14H09: des roulèrs ont salué la rencontre des astres au son du maloya (musique traditionnelle réunionnaise) accompagnés par des cris de joie et des applaudissements.
Prières dans les mosquées mahoraises.

Seul bémol: en raison de la forte affluence dans le Sud pour admirer le phénomène, d’énormes embouteillages se sont formés dès la fin de l’éclipse.
© JIR

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter