AMBATONDRAZAKA - Des villageois prennent d’assaut la prison


Voulant arracher six individus de la prison, incarcérés pour le lynchage à mort de deux prétendus voleurs de zébus, une foule a marché vers la prison. Les forces mixtes sont intervenues à temps. Un refus de décision judiciaire secoue la ville d’Am­batondrazaka. Les balles ont sifflé aux oreilles à la prison du district et ses environs. Des individus venus réclamer la libération de six détenus ont dû être repoussés à coups de tirs en l’air. Aucun blessé n’est à déplorer. Ces scènes ont éclaté dans la soirée d’avant-hier aux alentours de 20 heures, lorsque qu’une meute de cinq cents individus qui, pour la plupart sont des jeunes, ont marché vers la maison centrale d’Ambatondrazaka selon un chiffre approximatif recueilli auprès de l’Organe Mixte de Conception. Une fois sur place, la foule a réclamé avec véhémence la libération de six prévenus, placés sous mandat de dépôt pour acte de vindicte populaire. Prêtes en découdre, des forces mixtes, dont la gendarmerie nationale, la police ainsi que l’armée avaient déjà pris position pour couper court à une potentielle tentative d’attaque de prison. La tension a atteint son summum lorsque les manifestants ont fait la sourde oreille malgré la conscientisation et la sommation lancées par les autorités auprès de la préfecture et des forces de défense et de sécurité. Pour parer à tout débordement, les éléments déployés sur les lieux ont fait des tirs en l’air pour disperser l’attroupement. Pour dissuader tout retour en zone, la prison a été placée sous haute surveillance.

Statu quo

Selon les informations communiquées, les personnes venues au pénitencier sont des habitants de Begoavy Mangalaza où un vol de zébu suivi de lynchage à mort a été commis. Les faits remontent à 2022, où des bœufs ont été dérobés dans le village. Capturés par le fokonolona, deux individus mis à l’index comme étant les auteurs du vol ont été froidement tués. Après une accalmie, les proches des défunts ont porté plainte et l’arrestation suivie de l’incarcération des six villageois incriminés s’ensuivait alors. Dénonçant une injustice, des habitants de Begoavy Mangalaza ont tenté de les arracher de leur lieu de détention. Hier, les manifestants se sont tenus un peu en retrait de la ville, attendant des pourparlers avec le Procureur de la République, toutefois la discussion n’a pas encore pu se faire jusqu’à hier après-midi selon les informations communiquées. Entre temps, les manifestants se sont dispersés peu à peu et certains sont entrés dans la ville. De leur côté, les forces de l’ordre sont toujours en alerte maximale. «La sécurisation des lieux stratégiques dont le tribunal et la prison a été renforcée», indique le commandant du groupement de la gendarmerie nationale de la région Alaotra Mangoro.
Plus récente Plus ancienne