Accueil » Magazine » Le tourisme durable à Madagascar, un sujet d’avenir
Magazine

Le tourisme durable à Madagascar, un sujet d’avenir

L’écologie est un sujet capital aujourd’hui.

Qui dit été dit voyages pour un grand nombre de personnes à travers le monde. Et, en la matière, la quatrième plus grande île au monde est une destination qui attire de plus en plus de voyageurs et ce, même si la relance du tourisme se fait encore en demi-teinte. C’est un fait, le tourisme est l’une des activités économiques essentielles de Madagascar. Près de 500 000 voyageurs se rendraient ainsi dans le pays chaque année, principalement pour y visiter les parcs naturels du pays, à l’heure où l’île abrite une faune et une flore très préservées. Mais qu’on se le dise, la manière de pratiquer le tourisme sur l’île malgache évolue ! Place de plus en plus au tourisme durable.

Un secteur global en pleine transformation

Impossible de l’ignorer à l’heure actuelle, la planète est en danger. Et tout le monde le sait désormais, s’engager pour protéger la faune et la flore et pour assurer l’avenir de la planète dans son ensemble ne peut plus se faire qu’une journée par an. Même si le Jour de la Terre reste un événement crucial, notamment avec des éditions récentes portées sur la préservation de l’environnement et axées sur des manières concrètes d’améliorer la situation du monde, et même si de plus en plus de grands groupes comme Kering, adidas et H&M ou encore Pokerstars s’engagent sur cette thématique.

En cela, le secteur tout entier du tourisme est en train de subir une (r)évolution. Pour beaucoup, le tourisme est tout simplement mort, place désormais à l’écotourisme ! Qu’est-ce que cela signifie, vous demandez-vous ? Il s’agit d’un tourisme orienté sur le fait d’observer et de jouir de la nature et de la biodiversité, en cherchant à perturber ces deux éléments le moins possible. En d’autres termes, on transforme au minimum l’environnement qui nous entoure et on cherche à le préserver tel qu’il est.

Autant dire que, à Madagascar, ce type de tourisme trouve clairement sa place puisque la force principale de l’île est justement son côté nature authentique et préservé ! Plages de sable blanc, lagons turquoise, végétation luxuriante, rizières, savane, îlots sauvages, le pays regorge de paysages somptueux à protéger et à découvrir. Sans oublier le fait que Madagascar abrite pas moins de 18 tribus différentes et près de 100 espèces de lémuriens, ce qui représente plus d’un quart de l’ensemble des primates de la planète. À cela s’ajoutent plusieurs centaines de types de grenouilles, plus de 300 espèces d’oiseaux et près de la moitié des caméléons du monde.

Le tourisme durable en théorie

Le tourisme durable s’appuie sur trois piliers principaux. D’une part, il y a bien évidemment un aspect environnemental très important. En clair, ce type de tourisme cherche à réduire l’impact du tourisme sur l’environnement, à assurer la préservation des ressources naturelles et la gestion des déchets. Cela passe notamment par une limitation du nombre de visiteurs sur certains sites, la création d’hébergements éco-responsables et la responsabilisation des voyageurs de passage.

Madagascar abrite une faune et une flore incroyables !

Aussi, le tourisme durable repose sur un pilier social, qui passe par le respect du patrimoine culturel et traditionnel local. Il s’agit de venir à la rencontre des peuples et des habitudes locales, sans chercher à les perturber.

Enfin, sur le plan économique, le tourisme durable passe par une rémunération équitable des acteurs locaux.

Le tourisme durable en pratique à Madagascar

Même si le tourisme de masse n’a jamais réellement été un problème à Madagascar, plusieurs organismes s’évertuent à transformer la manière dont les voyageurs sont accueillis sur l’île. Par exemple, du côté de Kivalo, un site écotouristique de l’ouest du pays, des écoguides cherchent à sensibiliser les touristes sur l’importance de la conservation durable des mangroves.

De son côté, dans le parc national d’Ankarana, l’association des femmes FIVEAMA propose aux voyageurs une expérience authentique et respectueuse de l’environnement pour découvrir la culture Antakarana et les lacs sacrés de Mahamasina. Aussi, les réserves protégées par Madagascar National Parks contribuent directement au tourisme responsable, avec une partie du prix d’entrée qui sert à entretenir et préserver les sites visités.

À l’heure actuelle, plusieurs agences de tourisme, plusieurs associations locales et plusieurs ONG proposent des séjours et des circuits de tourisme durable combinant les trois piliers présentés précédemment. Ces acteurs mènent le pays vers un tourisme éco-responsable à l’échelle globale, doucement mais sûrement. Mais justement, comme le dit si bien un proverbe malgache, « mieux vaut lentement et bien que vite et mal ».

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter